Microsoft Word adopte le "langage inclusif" pour éviter les termes "offensants"

30 Octobre, 2017, 22:47 | Auteur: Emma Bardin
  • Captures écran fournies au Figaro

Le langage et l'écriture inclusifs consistent à "inclure" le féminin dans la langue française là où, traditionnellement, le masculin "l'emporte" sur le féminin.

Dans une mise à jour récente, le logiciel de Microsoft a inclus une option de langage au nom de la lutte contre les stéréotypes liés aux sexes.

Le débat sur l'écriture inclusive continue. Dans sa dernière mise à jour, le logiciel de traitement de texte Microsoft Word 2016, disponible dans l'ensemble Office 365, propose une option d'écriture inclusive.

Selon le site de Microsoft, le paramètre est activé pour mettre en marche une correction automatique de l'orthographe en mode "écriture inclusive" "cible le langage genré, qui peut être perçu comme excluant, dédaigneux ou stéréotypé". Le logiciel Word met donc désormais en garde contre les formules qui peuvent apparaître discriminatoires.

Les grands points de la réforme — Accès à l'université
Pour réformer l'entrée à l'université , la sélection demeure une idée interdite, même après les errements du tirage au sort . Aujourd'hui, la moitié des élèves s'orientent vers quatre filières prises d'assaut: médecine, droit, staps et psychologie.

Pour éviter "cette expression dénigrante pour les femmes", le logiciel Word propose ainsi de remplacer "les experts" par "les experts et les expertes".

C'est maintenant au tour de Microsoft de s'engager, à sa manière, dans le débat sur l'écriture inclusive, ce système permettant d'insérer une alternative au féminin dans un mot écrit en principe au masculin par convention. Notamment par le biais d'un "point médian" qui donne, par exemple, "les électeur·rice·s". D'ailleurs, même l'Académie française a émis des réserves sur cette tendance le mois dernier: "Devant cette aberration "inclusive", la langue française est en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd'hui comptable devant les générations futures" ajoutant "Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s'empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d'autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète".

"Une chose qu'on n'a pas assez notée: comment font les enfants dyslexiques pour s'en sortir avec cette écriture-là?", s'est interrogée Françoise Nyssen vendredi sur France Inter.

Recommande: