COP 23 : Bonn pour maintenir l'espoir de Paris

09 Novembre, 2017, 19:38 | Auteur: Emma Bardin
  • Une discussion technique sur la comptabilisation des financements climats se tiendra pendant

"Un an après l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris, on se trouve dans une situation où l'on voit que l'on ne fait pas suffisamment d'efforts pour sauver des centaines de millions de personnes d'un avenir misérable", commente le directeur du PNUE, Erik Solheim.

La 23e conférence de l'ONU sur les changements climatiques (COP23) s'est ouverte lundi à Bonn avec des appels vibrants.

La Syrie a annoncé mardi à la COP23 à Bonn son intention de rejoindre l'Accord de Paris sur le climat, laissant seuls les États-Unis dans leur décision de quitter le pacte, selon des observateurs. Le contexte est bien différent de celui qui prévalait, deux ans plus tôt au Bourget, lors de la conférence climat ayant débouché le 12 décembre 2015 sur l'accord de Paris.

Selon l'OMM, la température moyenne à la surface du globe pour les neuf premiers mois de l'année dépassait de quelque 1,1 degré Celsius celle de l'époque préindustrielle.

Déjà, la Cop 22, organisée en novembre 2016 au Maroc, avait permis aux parties engagées d'affirmer l'" irréversibilité " de l'accord, dans des circonstances singulières.

" Pour l'instant, Donald Trump n'est pas invité " car les chefs d'État conviés sont ceux " des États engagés dans la mise en oeuvre de l'accord", a précisé la présidence française.

Un an plus tard, le président américain a tenu la promesse faite à ses électeurs.

Réalité augmentée : Apple lancerait un casque en 2020 sous rOS
Depuis un moment maintenant, Apple crée une équipe avec des ingénieurs spécialisés dans la réalité augmentée . Une commercialisation serait prévue pour 2020.

Parmi les évènements parallèles de la COP 23, plusieurs d'entre eux sont organisés dans le cadre du Partenariat de Marrakech pour l'action climatique mondiale pour montrer comment des villes, des régions, des entreprises du secteur privé et des investisseurs s'efforcent de mettre en œuvre l'Accord de Paris dans les secteurs de l'énergie, de l'eau, de l'agriculture, des océans et zones côtières, des établissements humains, du transport, de l'industrie, et des forêts. "Nous devons aussi progresser pour concrétiser les engagements prévus pour 2020". Pour la COP23 par contre, une délégation américaine est bien présente.

Elle-même entend " apporter à Bonn un sens de l'urgence", les négociations se déroulant au terme d'une année 2017 au cours de laquelle les désastres climatiques se sont multipliés.

La COP24 aura lieu en Pologne l'année prochaine et ouvriront la voie à des révisions à la hausse des plans d'action climat nationaux afin de mieux tenir compte de la science lors de la fenêtre 2019-2020.

Pour le Costaricain Edgar Gutierrez-Espeleta, qui préside l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement, la dynamique " s'essouffle", rapporte La Croix. Ce sera alors " la dernière occasion ", souligne le rapport, de rester sous la barre fatidique des 2°C.

Les États-Unis sont aujourd'hui le deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre, et historiquement le premier.

Faut-il croire à un changement de position de Washington?

Des délégués à la conférence onusienne estiment notamment qu'il y a de vastes incertitudes concernant la manière dont les États-Unis pourraient contrebalancer l'approche pro-charbon défendue par l'administration Trump.

Recommande: