Uber s'allie avec la Nasa pour développer des taxis volants

09 Novembre, 2017, 21:20 | Auteur: Basile Toussaint
  • Uber fait équipe avec la Nasa pour son projet de taxis volants Elevate

La science-fiction aux portes de Los Angeles.

Pour ce programme baptisé UberAir, le géant du covoiturage promet des véhicules économes, chargés de couper court aux embouteillages qui paralysent les villes - avec la Californie, le Texas est l'Etat américain qui dispose du plus gros parc automobile.

Cela fait longtemps que l'innovation nous le permet, mais cette fois-ci, Uber et la NASA planchent sur un projet de taxi aérien à des prix convenables. Uber veut "explorer d'autres possibilités de collaboration avec la Nasa qui joueront un rôle important dans l'ouverture de nouveaux marchés de mobilité aérienne".

Glyphosate : les 28 pays membres de l'UE ne trouvent pas d'accord
Les Etats membres de l'Union Européenne (UE) n'ont pas réussi à s'accorder, ce jeudi, sur le sort du glyphosate . La France, par la voix de Nicolas Hulot , proposait un renouvellement de trois ans.

"Dans le cadre de son projet Elevate, Uber prévoit de faire circuler un réseau de petits véhicules aériens électriques dans plusieurs villes à travers le monde pour permettre aux gens de partager des vols dans des zones urbaines densément peuplées", poursuit Uber dans son communiqué. Les premiers vols de démonstration sont prévus en 2020 et le passage à la phase commerciale en 2023, avec en vue les Jeux olympiques de 2028 à Los Angeles. D'après Uber, le trajet entre l'aéroport de Los Angeles LAX et le Staples Center, qui prend actuellement environ 1h30 pourrait passer sous les 30 minutes en taxi volant.

Ces véhicules à décollage et atterrissage vertical (VTOL) "sont différents des hélicoptères car ils sont beaucoup plus silencieux, sûrs et abordables, et plus respectueux de l'environnement", assure Uber dans un communiqué.

Uber va s'appuyer sur la technologie "UTM" ("unmanned aerial system trafic management") développée par la Nasa pour surveiller le trafic à basse altitude, drones de livraison, engins de surveillance, drones agricoles, taxis volants... Pour voir ces véhicules se banaliser, il faudra cependant attendre au moins 2050, soulignait Pascal Pincemin, associé chez Deloitte, lors du salon du Bourget, car il faudra avant démontrer leur fiabilité.

Recommande: