Le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, en Catalogne — Espagne

13 Novembre, 2017, 13:18 | Auteur: Mathilde Kaplan
  • Rajoy en Catalogne pour la première fois depuis la mise sous tutellePlus

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, qui s'est rendu dimanche à Barcelone pour la première fois depuis que la région a été mise sous tutelle par Madrid, a appelé à " récupérer la Catalogne ", " démocratique et libre ", et a demandé aux entreprises de ne pas quitter la région. Il a également demandé aux entreprises de "ne pas quitter" la Catalogne, alors que quelque 2400 d'entre elles l'ont déjà fait depuis le début de la crise, et aux Espagnols de ne pas boycotter les produits catalans.

" Nous voulons récupérer la Catalogne de tous, démocratique et libre ", a-t-il dit.

Tennis - Les États-Unis remportent la Fed Cup en battant la Biélorussie
Déjà victorieuse en deux sets la veille, l'Américaine a remis ça contre Aryna Sabalenka (7-6 [5], 6-1). En cas d'égalité au terme des deux simples de dimanche, les filles disputeront un double décisif.

C'est un pari, car la mobilisation dans le camp indépendantiste reste extrêmement forte. Pour le PP, la campagne s'annonce ardue: lors des dernières régionales en Catalogne, il n'a obtenu que 8,5% des voix, largement concurrencé par la jeune formation libérale Ciudadanos, deuxième force politique de la région, anti-indépendantiste et qui lui reproche sa corruption.

"Nous pourrons y arriver si la majorité silencieuse transforme sa voix en vote ", a-t-il indiqué aux Catalans partisans du maintien en Espagne dans cette région profondément divisée, à parts presque égales, sur l'indépendance. Le Premier ministre a lui-même convoqué ce scrutin après avoir destitué le gouvernement séparatiste de Carles Puigdemont et dissous le Parlement régional pour "rétablir l'ordre constitutionnel", après le vote d'une déclaration d'indépendance le 27 octobre par le Parlement de Catalogne à laquelle il a répondu en suspendant l'autonomie régionale. C'est à l'occasion d'une réunion de son parti de gauche Catalunya en Comù, parrainé par le parti "Podemos", que la maire de Barcelone a déclaré: "Nous voulons que les prisonniers soient libérés mais nous voulons aussi qu'un gouvernement irresponsable qui a conduit le pays au désastre affronte (ses responsabilités) et reconnaisse ses erreurs".

Recommande: