100 "frondeurs" annoncent leur départ du mouvement — LREM en crise

14 Novembre, 2017, 16:05 | Auteur: Armand Coulomb
  • INFO FRANCEINFO. Une centaine de

"La démocratie n'est pas En Marche!". Une centaine d'entre eux dénoncent dans une tribune dévoilée ce mardi 14 par Franceinfo le manque de démocratie au sein du partie et annoncent leur départ prévu vendredi 17, à la veille du congrès de LREM.

Ces " marcheurs " sont à l'arrêt. Ils dénoncent le manque de démocratie au sein du mouvement. Il sera élu après un vote indirect, par l'intermédiaire d'un ensemble d'élus, de ministres et de cadres du parti.

L'épreuve des "battles" supprimée la saison prochaine — The Voice
Pour cette septième édition de " The Voice ", le règlement va ainsi beaucoup évoluer par rapport à l'année dernière. Après une première prestation convaincante, il est temps d'approfondir et de proposer quelque chose de différent.

"Le prochain "sacre" de Christophe Castaner, élu à la tête du parti, avant l'heure en l'absence de concurrents, laisse peu d'espoirs aux militants en attente de démocratie", expliquent-ils. Les "100 démocrates" pointent du doigt les comités, "qui se sont vidés" quelques mois seulement après l'élection de Macron, et un parti qui tourne à vide, avec seulement 120 000 adhérents encore actifs. Critiqué par l'opposition, critiqué dans la rue et même critiqué en interne, le parti "est en état dépressif", alerte Laurent Saint-Martin, vice-président LREM de la commission des Finances, dans L'Opinion. "Il est difficile d'être un parti de gouvernement surtout quand vous n'avez qu'un an d'existence", analyse-t-il.

Un culte autour d'Emmanuel Macron? Ils rappellent que "les marcheurs en colère ont bien tenté d'instaurer un dialogue, de proposer des pistes d'amélioration, d'inviter les acteurs à s'écouter jusqu'à solliciter un tiers pour ouvrir une médiation. Le mépris et l'arrogance qu'ils ont essuyés, les menaces ou les tentatives d'intimidation ne sont pas des pratiques bienveillantes et laissent à penser que La République en Marche marche désormais sur la tête", déclarent encore les démissionnaires.

Recommande: