Belgique - Japon s'est joué malgré une menace d'attentat

15 Novembre, 2017, 10:48 | Auteur: Mathilde Kaplan
  • «Un risque d'attentat» lors de Belgique-Japon

Ne pas alarmer le public et renforcer les contrôles à l'entrée du stade Jan Breydel, voilà la solution prônée par les organisateurs et le bourgmestre de Bruges alertés d'une possible menace terroriste ayant pour cible le match amical entre les Diables et le Japon. La police de Bruges en a été avisée ainsi que l'organisme en charge de l'analyse de la menace (OCAM).

Deux ans après avoir vu un match de gala face à l'Espagne annulé quelques jours seulement après les attentats du 13 novembre à Paris, et ce en raison d'une sérieuse menace terroriste, les Diables Rouges ont bien failli être privé d'une nouvelle rencontre amicale, cette fois face au Japon. Directement, nous avons décidé de ne prendre aucun risque et de suivre les recommandations des autorités compétentes. "Une heure avant le match nous n'étions pas certains du tout de jouer".

De Rossi a refusé d'aller s'échauffer (avec une bonne raison) — Italie-Suède
Ce qu'il a confirmé après le match. "Insigne et El Shaarawy pouvaient être plus utiles que moi", a-t-il insisté après la rencontre au micro de la Rai.

Une rencontre qui s'est déroulée sans encombre, et s'est terminée sur une victoire 1-0 de l'équipe nationale belge, sans que les supporters ne se doutent d'un éventuel danger, qui a finalement été écarté par l'OCAM alors que le match avait débuté. "C'est ce qui explique que pas mal de spectateurs soient arrivés en retard dans les tribunes". Et d'ajouter qu'un "téléphone intercepté par la police serait à la base de cette menace".

"Durant le match, nous avons opté pour un dispositif de discrétion afin de ne pas inquiéter les gens inutilement, poursuit Stefan Van Loock".

Recommande: