Défense européenne: le cheval de Troie polonais

15 Novembre, 2017, 03:22 | Auteur: Armand Coulomb
  • Défense européenne: le cheval de Troie polonais

Les membres de l'Union européenne ont inauguré lundi une nouvelle ère de coopération en matière de défense.

A terme, l'objectif affirmé est, aux yeux des signataires - ou de certains d'entre eux plutôt, dont Paris - d'assurer une réelle autonomie stratégique à une Union secouée par la crise ukrainienne, l'annexion de la Crimée par la Russie ou l'arrivée au pouvoir de Donald Trump qui a, dans un premier temps, remis en question le caractère. "Ceci est complémentaire à l'OTAN", a clairement explicité la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen. Permanent Structured Cooperation en anglais, soit coopération structurée permanente (CSP), le dispositif remet sur les rail l'Europe de la Défense, mais remet le commandement à l'Union européenne. "C'est, je crois, un très grand succès mais ce n'est qu'une étape", a pour sa part déclaré la ministre française des Armées, Florence Parly, en marge d'un Forum à Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Deux ans après, le Conseil européen a donné le coup d'envoi de la coopération structurée permanente (PESCO), censée compléter l'OTAN.

En théorie, cette coopération renforcée peut déboucher sur la mise sur pied d'un quartier général opérationnel pour des unités de combat de l'UE ou d'une plateforme logistique d'opérations.

Les pays volontaires se sont engagés, à l'initiative de la France et de l'Allemagne, à renforcer leurs dépenses dans le secteur militaire, pour, le cas échéant, faciliter un jour les projets en commun.

La chef de la diplomatie européenne, Federic Mogherini, a décrit "un moment historique pour la défense européenne". A l'avenir, un groupe de pays pourrait, en tout cas, développer plus rapidement des drones, des satellites militaires, des chars, des avions de transport militaire ou des installations médicales de campagne.

Didier Drogba aurait aimé revenir à Marseille
Didier Drogba a disputé une seule saison à l'OM, en 2003/04, et avait inscrit 32 buts en 55 matches. L'Ivoirien trouve "dommage" de ne jamais avoir trouvé un terrain d'entente.

Le grand nombre de participants, alors que la sélection des projets se fera à l'unanimité, fait que "ça n'a aucune chance de marcher", juge Frédéric Mauro, expert des questions de défense régulièrement interrogé par le Parlement européen.

Et si, à peine relancée, l'Europe de la défense était déjà fragilisée?

L'Irlande, le Portugal et Malte n'ont pas rejoint à ce stade la CSP, qui sera officiellement lancée en décembre.

Des responsables européens assurent que PESCO aidera au développement de l'industrie européenne de la défense, en plus de stimuler la recherche et le développement des capacités militaires.

Recommande: