Des émeutes sur la place de la Monnaie à Bruxelles

16 Novembre, 2017, 09:52 | Auteur: Armand Coulomb
  • Sven Gatz

Une cinquantaine de policiers anti-émeute, dont la venue avait été annoncée sur Twitter par le ministre de l'Intérieur Jan Jambon, sont arrivés place de la Monnaie à Bruxelles afin de disperser la centaine de jeunes à l'origine des incidents. La manifestation n'étant pas autorisée, la police a voulu disperser la foule, qui a alors pris à partie les forces de l'ordre. La police locale demande le renfort de la police fédérale. "Une interdiction est certainement nécessaire pour la semaine prochaine, afin que le calme puisse revenir". Son appel à se rassembler à 16h00 place de la Monnaie a donc été bien suivi par ses fans.

La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles lance un appel à la population pour identifier les auteurs des violences perpétrées mercredi après-midi aux abords de la place de la Monnaie à Bruxelles. Un rassemblement non autorisé d'un YouTuber français a dégénéré: des policiers ont essuyé des jets de projectiles, au moins un véhicule et du mobilier urbain ont été détériorés. Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, suivent la situation avec le Centre de crise, a indiqué le porte-parole de M. Michel. Une voiture a été endommagée et des vitres de la bibliothèque du Muntpunt brisées, a constaté Belga sur place.

Journée mondiale du diabète: pensez à vous faire dépister
Le diabète, surtout de type 2, est en effet asymptomatique et ne provoque pas de douleur. Et des professionnels sont sur place: infirmières, médecin diabétologue, diététicienne.

Le porte-parole de la police locale, Olivier Slosse, indique pour sa part qu'une équipe de la police a tenté d'aborder le rappeur sur la place de la Monnaie où une centaine de personnes étaient présentes et que la situation a dégénéré.

Mardi soir, la star des réseaux sociaux Vargasss 92 avait fixé un rendez-vous à ses fans sur la place de la Monnaie, mais leur avait demandé de ne pas "courir", puisqu'il ne voulait aucune bagarre. "La violence contre nos services de sécurité est inacceptable", a-t-il souligné.

Recommande: