Rohingyas: Tillerson veut accentuer la pression sur l'armée birmane

16 Novembre, 2017, 04:37 | Auteur: Armand Coulomb
  • TILLERSON VEUT UNE ENQUÊTE FIABLE SUR LES VIOLENCES EN BIRMANIE

Plus de 600'000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh en deux mois et demi.

L'armée confirme seulement que la police a tiré sur une foule de Rohingyas les attaquant, fin août, donc en état de légitime défense.

Depuis le début de la crise, les Etats-Unis prennent cependant soin de ne pas blâmer Mme Suu Kyi, faisant la distinction entre le gouvernement civil et les militaires responsables des campagnes contre les Rohingyas.

Et d'ajouter: "En bref, je ne souhaite aucunement être associé à une personne actuellement engagée dans le nettoyage ethnique de masse du peuple Rohingya dans le nord-ouest de la Birmanie [Myanmar]", a-t-il martelé.

L1 - Montpellier : Ça se précise pour Ambroise Oyongo
Arrivé à l'Impact en 2015, après un prêt aux Red Bulls de New-York, Oyongo a disputé 60 matchs avec l'Impact. C'est ce qu'a appris notre journaliste Vincent Destouches, mardi.

En visite en Birmanie, le secrétaire d'Etat américain s'est prononcé mercredi en faveur d'une enquête "crédible" et "indépendante" sur les violences à l'origine de l'exode des Rohingyas. "Les soldats n'ont pas commis de violences sexuelles ni tué des civils (.) Ils n'ont pas arrêté, battu ou tué de villageois", et "ils n'ont pas mis le feu aux mosquées dans les villages musulmans", disent les conclusions de l'enquête, sur la base de plus de 2800 témoignages de villageois musulmans, recueillis dans des conditions d'indépendance non vérifiées.

Il s'exprimait lors d'une conférence de presse au côté de la dirigeante birmane Suu Kyi.

Le chanteur rock irlandais Bob Geldof rendra le prix Freedom qui lui a été décerné par la ville de Dublin parce qu'il a également été décerné à la dirigeante du Myanmar, Aung San Suu Kyi, qu'il accuse de complicité pour ce que lui et d'autres, y compris les Nations Unies, qualifient de "nettoyage ethnique" des musulmans rohingyas dans le pays asiatique. La diplomatie américaine juge les militaires "responsables" de la crise et des sanctions sont envisagées.

Recommande: