Une étude de grande ampleur relance le débat — Glyphosate et cancer

22 Novembre, 2017, 13:17 | Auteur: Thibaud Popelin
  • L'UE doit se prononcer sur la prolongation de l'autorisation du glyphosate lundi

C'est une étude qui vient bouleverser toutes les croyances. Publiée dans le Journal of the National Cancer Institute, cette étude affirme que le glyphosate n'est pas responsable de l'apparition de cancers dits " solides " ou de cancers du sang, comme le déclarent ses détracteurs.

Les chercheurs, conduits par Gabriella Andreotti et Laura Beane Freeman (National Cancer Institute), ont analysé les dernières données issues de la surveillance d'un groupe de plus de 50 000 travailleurs agricoles, recrutés au début des années 1990 en Iowa et en Caroline du Nord. Jusqu'à présent, cette corrélation n'avait jamais été démontrée scientifiquement.

Des résultats qui viennent contredire de précédentes recherches.

Ces résultats remettent-ils en cause la classification du glyphosate comme " cancérogène probable " par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui l'a inscrit dans cette catégorie en mars 2015?

Une faille pour tout voir et tout enregistrer — Android
Cette vulnérabilité est due au fait que les Android cités plus haut sont incapables de détecter des popups se recouvrant. Une faille que Google a comblée, mais seulement dans Android 8.0 Oreo.

Une recherche épidémiologique américaine n'établit pas de lien entre pesticides et lymphomes.

Les études se suivent mais ne se ressemblent pas.

Le lundi 27 novembre, l'Union européenne va devoir rendre sa décision finale sur l'avenir du glyphosate, un herbicide hautement controversé, mais que les agriculteurs défendent corps et âmes car ils le jugent indispensables pour leurs exploitations.

Recommande: