Les professionnels exposés à 60 substances chimiques préoccupantes — Ongleries

23 Novembre, 2017, 18:12 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Les professionnels exposés à 60 substances chimiques préoccupantes — Ongleries

Au vu du grand nombre de substances auxquelles sont exposés les professionnels, l'Agence émet une série de recommandations à destination des différents acteurs concernés: les metteurs sur le marché, les professionnels du secteur, les pouvoirs publics, les institutions et organismes de recherche et de prévention.

L'Anses recommande aux professionnels des manucures de "réduire les expositions à des agents chimiques dangereux au minimum", en cherchant des produits de substitution, en utilisant des tables aspirantes et en portant des équipements de protection adaptés. Elle demande également aux fabricants de produits cosmétiques de supprimer de ces produits les substances chimiques les plus dangereuses et de développer des produits avec lesquels les professionnels de l'ongle ne seraient pas en contact.

Au premier rang des accusés, la famille des (méth) acrylates, substances utilisées dans les produits de façonnage des ongles artificiels (gel, résine).

Inquiétude pour les esthéticiennes et prothésistes ongulaires. Ces professionnels peuvent être salariés ou indépendants, exerçant dans des locaux dédiés ou au domicile des client (e) s. Les établissements d'activité de soin et de décoration de l'ongle sont de petite taille, employant souvent au plus cinq personnes.

Yémen : Catastrophe humanitaire en vue
Le ministre des Transports de l'exécutif dirigé par les Houthis a précisé que l'aéroport de Sanaa était de nouveau prêt à recevoir des vols internationaux.

L'Anses a en effet identifié près de 700 substances "dans la composition des produits utilisés ou dans les atmosphères de travail". Soixante sont jugées "très préoccupantes" et figurent dans la classe de danger la plus élevée: elles sont classées cancérogènes, mutagènes et toxique pour la reproduction, ou inscrites sur une liste de perturbateurs endocriniens potentiels. Ces composés sont majoritairement responsables des dermatites d'allergie de contact recensées chez ces professionnels.

Les professionnels du secteur sont en outre exposés à des particules venant du ponçage de l'ongle et des résines. "La caractérisation fine de ces poussières, notamment chimique et granulométrique, est méconnue" ajoute l'Anses dans son communiqué. Qui préconise aussi " de rendre obligatoire une formation diplômante harmonisée", comprenant " un module sur la prévention des risques et les bonnes pratiques de travail ". Les risques potentiels liés à leur inhalation sont mal connus et " il apparaît nécessaire d'améliorer les connaissances " en la matière, juge l'Anses.

Allergies cutanées, asthme, ou encore maux de tête.

Recommande: