Sévèrement blâmée, Air Transat est mise à l'amende

01 Décembre, 2017, 15:52 | Auteur: Basile Toussaint
  • Le vol TS157 un Airbus A330 en provenance de Bruxelles avec à son bord 336 passagers qui s’était posé à Ottawa plutôt qu’à Montréal en raison d’orages violents

GATINEAU | L'Office des Transports du Canada (OTC) fera connaître sa décision, jeudi, concernant le cafouillage survenu à l'aéroport d'Ottawa, en juillet dernier, quand des passagers d'Air Transat étaient demeurés coincés pendant des heures par un temps de chaleur accablante dans un avion cloué au sol.

Le vol TS157, un Airbus A330 en provenance de Bruxelles, avec à son bord 336 passagers, qui s'était posé à Ottawa plutôt qu'à Montréal en raison d'orages violents.

Elle estime qu'Air Transat n'a pas respecté les termes du contrat qui le liait à ses passagers et qu'il aurait dû offrir des rafraîchissements, des collations et faire descendre ses passagers après 90 minutes comme le prévoient ses règles tarifaires.

Air Transat et l'aéroport d'Ottawa s'étaient mutuellement jeté le blâme au lendemain de l'incident.

6 millions vendus lors du Blak Friday — Iphone X
Des données qu'Apple ne va ni confirmer, ni infirmer: le groupe ne communique jamais sur ses ventes. Un analyste a une petite idée et le succès aurait été au rendez-vous.

Des passagers ont raconté l'état de panique à bord des appareils lors des audiences de l'OTC à la fin août.

"Nous avons décidé après lecture du rapport de l'OTC que nous allions indemniser l'ensemble de nos passagers sur les quatre vols qui ont été immobilisés sur le tarmac de l'aéroport d'Ottawa cette journée-là et nous verserons à chacun de nos passagers un montant de 500 $", a-t-il précisé.

Des centaines de passagers ont été confinés dans les appareils sans eau et sans nourriture. Le système électrique à bord de l'avion où il se trouvait avait cessé de fonctionner.

Air Transat a offert ses excuses à ses clients et a dédommagé certains d'entre eux. Les deux avions ont attendu pendant des heures un ravitaillement de carburant qui ne venait pas, malgré les appels répétés des pilotes. Son président-directeur général, Jean-François Lemay, et ses pilotes ont décrit une situation chaotique à l'aéroport d'Ottawa lors des audiences.

Recommande: