Ce qu'il faut attendre de la visite de Macron à Alger

05 Décembre, 2017, 21:02 | Auteur: Armand Coulomb
  • Macron en Algérie pour redynamiser les échanges économiques

Au mois de février, alors que Emmanuel Macron avait qualifié depuis Alger la colonisation de "crime contre l'humanité", celui qui était encore le candidat En Marche s'était attiré les foudres de la droite.

"L'Algérie possède une double frontière décisive pour la France, l'une sur la Méditerranée, l'autre sur des pays aussi cruciaux que le Mali, le Niger, la Libye et la Tunisie, signale l'historien et président du musée de l'Immigration Benjamin Stora, qui sera du voyage". "On fait avec ce que l'on a", dit-on à Paris, où Emmanuel Macron, premier président français né après les accords d'Evian, entend dépasser cette réalité pour parler à "l'Algérie de demain".

Le ministre algérien des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a fait part à la chaine de radio publique algérienne des attentes du gouvernement algérien concernant la visite mercredi du président français Emmanuel Macron. Soulignant toujours à propos la mémoire commune que " l'Algérie ne construira pas ses relations futures avec la France sur la base de déclarations mais sur du concret ".

L'Ajax Amsterdam confirme Hassan Bandé
Le transfert du tout récent international burkinabè a rapporté environ 9,5 millions d'euros à son club actuel. Nous avons dû agir vite, mais nous voulions aussi bien faire notre travail. "J'ai une mission avec Malines ".

M. Zitouni a notamment évoqué 4 dossiers en suspens entre les deux pays, relatifs aux archives et aux disparus algériens durant la guerre de libération nationale qui serait de 2 200, à la récupération des crânes des chefs de la résistance algérienne et à l'indemnisation des victimes algériennes des essais nucléaires français effectués dans le sud du pays. Aucun Algérien ne pourra fermer cette page de l'histoire.

Le président français sera accompagné du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, de son ministre de l'Action et des Comptes publics ainsi qu'un nombre d'élus, d'artistes, d'écrivains et de start-uppeurs. Qualifié d " ami de l'Algérie' [en juillet 2017] par le président Bouteflika, son élection devait être synonyme d'une nouvelle étape dans la relation franco-algérienne, en particulier sur la question mémorielle", renchérit TSA-Algérie.

Recommande: