Ukraine: l'opposant Saakachvili interpellé puis libéré par ses partisans

05 Décembre, 2017, 17:22 | Auteur: Armand Coulomb
  • Mikhaîl Saakachvili pendant une conférence de presse à Lvov

Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont interpellé mardi l'ex-président géorgien Mikheïl Saakachvili.

L'ex-président géorgien est sorti du véhicule et s'est dirigé vers le Parlement en compagnie des manifestants, sans qu'il soit possible de savoir si sa libération était le résultat d'une action de force de ses partisans ou si la police avait cédé face à la foule.

Cette contestation est orchestrée entre autres par le parti créé par l'ancien président géorgien Mikheïl Saakachvili, éternel trublion de la politique ukrainienne depuis qu'il a été nommé gouverneur d'Odessa en mai 2015 par le président Petro Porochenko.

La production de House of Cards reprendra début 2018
Néanmoins cette décision va provoquer un changement majeur puisque la saison ne durera que 8 épisodes contre les 13 habituels.

Mikhaïl Saakachvili a escaladé le toit de sa maison et a menacé d'en sauter quand des membres des forces de l'ordre sont venus perquisitionner son appartement. Devant le Parlement, M. Saakachvili a exhorté les Ukrainiens à manifester pour obtenir le départ "pacifique" du président et des députés.

L'entrée de l'immeuble de M. Saakachvili, dans le centre de Kiev, a été bloqué dans la matinée par des dizaines de policiers armés, tandis que des partisans de l'ex-président géorgien bloquaient dans la rue le fourgon où il a été embarqué, selon un journaliste de l'AFP sur place. Sur ordre de Poutine, ils fabriquent des données pour que personne ne puisse dire que Porochenko est un voleur, un traître au peuple d'Ukraine.

"À l'heure actuelle, Mikhaïl Saakachvili se trouve sur le toit et négocie avec des gardiens de l'ordre. Quoi qu'il m'arrive, la bande qui a pris le pouvoir à Kiev aura à en répondre". Le 17 octobre, après son retour en Ukraine, il avait réuni plusieurs milliers de manifestants à Kiev pour exiger du pouvoir d'en faire plus contre ce mal qui ronge le pays.

Recommande: