La Turquie met en garde contre un "incendie" dans la région — Jérusalem

06 Décembre, 2017, 21:05 | Auteur: Armand Coulomb
  • Recep Tayyip Erdogan le 17 novembre 2017

Rompant avec des décennies de prudence américaine sur un dossier potentiellement explosif, M. Trump va reconnaître mercredi Jérusalem comme capitale d'Israël en dépit des mises en garde des dirigeants de la région qui redoutent une flambée de violence.

La Turquie a averti mercredi que la reconnaissance attendue par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël risquait de précipiter la région dans "un incendie".

"J'appelle chacun à agir de manière responsable (.) à se garder de mettre en péril la paix dans le monde à des fins de politique intérieure ou autres", a-t-il poursuivi.

" Ignorer les droits des musulmans, des Palestiniens et des chrétiens à Jérusalem ne fera que nourrir l'extrémisme et saper la guerre contre le terrorisme", a ajouté Abdallah II, dont le pays est le gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem.

Lors d'un entretien téléphonique dimanche avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas, M. Erdogan avait insisté sur la nécessité de la création d'un Etat palestinien indépendant "avec Jérusalem-Est comme capitale". "Cela n'apportera ni paix ni stabilité, mais chaos et instabilité", a-t-il dit à la presse.

Ariège : disparition inquiétante d'un père et sa fille (A PARTAGER)
Quant à sa fille Célia, elle portait un blouson noir , une écharpe beige, un jean bleu clair et des bottines foncées. Ainsi, toute personne disposant d'informations à ce sujet est priée de téléphoner au 05 34 09 09 23.

Le témoin-clé de ce procès, le magnat de l'or turco-iranien Reza Zarrab, a, au deuxième jour de sa déposition jeudi, déclaré qu'en octobre 2012 M. Erdogan, alors Premier ministre, avait donné des "instructions" pour que deux autres banques turques puissent elles aussi participer au stratagème dont Halkbank était la plaque tournante pour contourner les sanctions contre l'Iran.

Lors d'un forum organisé à Washington, Jared Kushner, gendre et proche conseiller du président américain, a annoncé hier que Donald Trump mettait la dernière main à sa décision sur un éventuel déménagement de l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv vers Jérusalem.

Israël considère la Ville sainte comme sa capitale " éternelle et réunifiée", mais les Palestiniens estiment que Jérusalem-Est doit être la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

La communauté internationale n'a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël, ni l'annexion de sa partie orientale occupée en 1967.

Recommande: