Vrs recomptage des voix — Honduras

07 Décembre, 2017, 09:09 | Auteur: Armand Coulomb
  • Le président du Tribunal Suprême Electoral, David Matamoros s'adresse aux médias le 6 décembre 2017 à Tegucigalpa au Honduras

Le président Juan Orlando Hernandez s'est lui montré convaincu de sa réélection.

Donné en tête dans les premiers résultats partiels avant d'être doublé par le président sortant, Salvador Nasralla, de l'Alliance de l'opposition contre la dictature, a accusé le TSE d'avoir falsifié ces procès-verbaux pour inverser la tendance.

La vérification intégrale est vue comme une tentative de calmer la colère de la population. Il a été crédité de 41,3% des voix, contre près de 43% à son adversaire.

Dans la capitale Tegucigalpa comme ailleurs dans le pays, des milliers d'habitants défient le pouvoir en érigeant des barricades et en organisant des concerts de casseroles.

Les observateurs internationaux, présents pour surveiller le processus électoral, ont semblé se ranger du côté de Nasralla, qui affirmait lundi son refus d'accepter des résultats, "ni officiels ni définitifs".

L'état d'urgence a été décrété mais lundi 4 décembre, des centaines de policiers ont manifesté leur refus d'obéir, d'appliquer le couvre-feu- et de charger les manifestations pacifiques de l'opposition; s'ils étaient rejoints massivement par l'ensemble des forces de sécurité du pays, il s'agirait d'un tournant dans les événements que traverse le Honduras dont le peuple n'aspire qu'à la paix, la démocratie et une vie digne. "S'il vous plaît, ne proclamez pas de vainqueur, le processus n'est pas terminé", a déclaré la coordinatrice de la mission, l'eurodéputée portugaise Marisa Matias, lors d'une conférence de presse.

La Turquie met en garde contre un "incendie" dans la région — Jérusalem
Rompant avec des décennies de prudence américaine sur un dossier potentiellement explosif, M. Lors d'un entretien téléphonique dimanche avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas, M.

L'Organisation des Etats américains (OEA) est allée plus loin encore: "La marge étroite des résultats, ainsi que les irrégularités, les erreurs et les problèmes systémiques qui ont entouré cette élection ne permettent pas à cette mission d'avoir des certitudes sur les résultats", a déclaré l'ex-président bolivien Jorge Quiroga, chef de la mission de l'OEA.

Deux policiers ont été abattus par des inconnus dimanche soir, ont annoncé les autorités. Et au moins une jeune femme a été tuée au cours des manifestations d'opposants.

Des centaines d'habitants du voisinage ont accouru pour les applaudir, certains arborant des pancartes portant l'inscription "J'aime la police".

A 18H00 locales (00H00 GMT mardi), heure de l'entrée en vigueur du couvre-feu, d'autres unités de la police sont arrivées à la caserne des "Cobras" pour leur apporter leur soutien, formant un cortège de motos et de véhicules de patrouille, toutes sirènes hurlantes.

L'OEA appelle à un accord entre les candidats pour surmonter la crise au Honduras, tandis qu'un groupe d'agents des forces spéciales de la police hondurienne " les Cobras " se sont même déclarés en grève pour dénoncer ce climat exécrable qui s'est aggravé depuis mercredi dernier avec le début des protestations de l'opposition qui dénonce une " usurpation " de la victoire.

Mais la Constitution interdit au président sortant de briguer un deuxième mandat.

Recommande: