Force conjointe antijihadiste du G5 Sahel : Macron en quête d'une mobilisation internationale

13 Décembre, 2017, 11:04 | Auteur: Armand Coulomb
  • Force conjointe antijihadiste du G5 Sahel : Macron en quête d'une mobilisation internationale

Une réunion de haut niveau des chefs d'État des pays du G5 Sahel, du Président français Emmanuel Macron et de la Chancelière allemande Angela Merkel se tiendra ce mercredi à Paris.

Les cinq pays de l'Afrique sahélienne, la France et l'Allemagne se retrouvent à La Celle-Saint-Cloud, six mois après la création de la force censée combattre le djihadisme au Sahel.

"Emmanuel Macron a estimé, le 30 novembre à Abidjan, que la mise en place du G5-Sahel n'avançait " pas assez vite " et que " les terroristes " avaient " enregistré des victoires militaires et symboliques notamment au Niger ", selon l'Élysée.

Dans son analyse faite de la situation sécuritaire au Sahel, à l'occasion d'un entretien accordé à la chaine de télévision France 24, le Président nigérien, trouve que le Mali pourrait ne plus exister si des nouvelles dispositions sécuritaires ne sont pas prises.

Donald Trump : objectif lune
Il a déjà signé une directive demandant à la NASA d'accentuer ses efforts sur les missions habitées vers l'espace lointain. Saluant la présence de Harrison Schmitt, le dernier homme à avoir foulé le sol lunaire il y a 45 ans jour pour jour, M.

Selon l'Elysée, le président français est dans une logique du donnant-donnant, c'est-à-dire "plus d'engagement des acteurs du G5 Sahel contre plus de soutien international". Une vingtaine de délégations seront présentes, avec un objectif: renforcer la mobilisation internationale au profit de la force conjointe antijihadiste.

"ICG considère qu'" il est clair que Barkhane servira de tuteur au G5 Sahel, mais la collaboration avec la Minusma, à laquelle les États membres du G5 fournissent 35 % de ses effectifs, l'est beaucoup moins ".

Alors que le financement du G5 Sahel est toujours source d'interrogations -la force conjointe a besoin d'environ 500 millions de dollars pour fonctionner dès sa première année d'opération- les autorités maliennes ont indiqué lundi matin que l'Arabie saoudite s'était engagée à participer à hauteur de 100 millions de dollars (84 millions d'euros).

L'ambition de la réunion du mercredi 13 décembre, est d'agir à la fois sur plusieurs plans: militaire, en accélérant le déploiement de la force; politique, en redonnant de la vigueur au processus de paix au Mali " qui progresse peu " selon l'Élysée; et financier. Toutefois ces analystes estiment qu'il y a encore du chemin à faire pour convaincre tous les partenaires sur la nécessité de la force.

Recommande: