Les autorités feront des contrôles (mais pas tout de suite) — Vaccins obligatoires

05 Janvier, 2018, 15:38 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Extension vaccinale: lutter contre la désinformationPlus

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé:Au 1er janvier, les obligations vaccinales pour les jeunes enfants, passent donc de 3 - diphtérie, tétanos, poliomyélite - à 11 vaccinations avec la coqueluche, le ROR (Rougeole, Oreillons, Rubéole), l'Haemophilus influenzae de type B, l'hépatite B, le pneumocoque et le méningocoque C en plus. Pour ne pas avoir de problème avec la justice et pour mieux lutter contre certaines maladies qui reviennent en France comme la rougeole, le gouvernement a donc rendu 11 vaccins obligatoires.

Quels sont ces nouveaux vaccins?

Onze vaccins obligatoires, c'est ce qui attend les nourrissons nés à partir de ce 1er janvier en France.

Egypte: une touriste tuée dans un accident de montgolfière
C'est le deuxième accident de ce genre dans cette ville du sud de l'Egypte en près de cinq ans, selon des responsables. Une montgolfière transportant des touristes s'est écrasée près de la ville de Louxor (sud).

Trois vaccins étaient déjà incontournables: diphtérie depuis 1938, tétanos depuis 1940 et poliomyélite depuis 1964, groupés sous l'appellation "DTP". Il est même prévu que le gouvernement supprime la disposition du Code de la santé publique, qui prévoit jusqu'à 6 mois de prison et 3750€ d'amendes pour les parents qui refusent de vacciner leur enfant, rappelle Le Parisien. Or, dans les faits, elle ne changera pas grand chose assure le corps médical.

Après plusieurs mois de débats, la baisse de la couverture vaccinale et la réapparition de certaines maladies ont poussé les autorités à passer à l'action. Les réfractaires les jugent dangereux (notamment en raison de leurs adjuvants, particulièrement l'aluminium) et se méfient des laboratoires, accusés de privilégier la rentabilité à la santé des enfants. Pour être admis à la crèche ou à l'école, ces onze vaccins sont maintenant indispensables à l'enfant.

Les premières vérifications auront lieux en juin prochain pour laisser un temps d'adaptation aux familles. Par contre, ils pourront toujours faire face à maximum deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende dans le cadre de l'obligation de protection des enfants. Malgré ce changement, 70 % des enfants de moins de 2 ans ont déjà reçu les 11 vaccins avant 2018, puisque trois d'entre eux étaient obligatoires et les huit autres fortement recommandés. Or, si cette pratique existe, il faut savoir qu'elle est lourde de conséquences pour le praticien: il s'expose à des sanctions pénales pour faux et usage de faux, ainsi qu'à une radiation pure et simple de l'ordre des médecins.

Recommande: