La France a dépassé la barre des 100.000 demandeurs d'asile en 2017

08 Janvier, 2018, 12:54 | Auteur: Armand Coulomb
  • La France a dépassé la barre des 100.000 demandeurs d'asile en 2017

Selon les données de l'Ofpra, la France a enregistré un peu plus de 100.000 demandes d'asile en 2017, notamment en raison d'une forte hausse des dossiers déposés par des ressortissants d'Albanie et d'Afrique de l'Ouest. Or, le "taux d'accord" (soit les demandeurs devenant réfugiés en France) a, lui, diminué, passant de 38% en 2016 à 36% l'an dernier, dont 27% accordés par l'Ofpra.

En 2017, le premier pays d'origine des demandeurs d'asile a été l'Albanie, pourtant sur la liste des "pays d'origine sûre", avec 7.630 demandes (hors mineurs accompagnants), soit une hausse de 66%, ajoute la même source. L'Ofpra n'a accordé sa protection qu'à 6,5 % des demandeurs albanais. Ce phénomène "cyclique" et "lié à une émigration économique" selon Pascal Brice, préoccupe les autorités françaises et albanaises, qui ont lancé cet été un plan d'action pour lutter contre les réseaux d'immigration irrégulière.

Présidentielle 2017 : rififi à la Commission des comptes de campagne
Selon Le Parisien , de sérieuses divergences d'analyses sont apparues entre les membres de la CNCCFP. Jean-Guy de Chalvron, interviewé par le quotidien, dénonce un système opaque.

À la 2e place du classement, on trouve l'Afghanistan, qui a représenté 5.987 demandes (+6%). Mais les migrants afghans arrivés l'an dernier en France sont sans doute plus nombreux.

S'agissant des demandeurs originaires d'Afrique de l'Ouest, les Ivoiriens viennent en tête avec 3.243 demandes soit le double qu'en 2016. La hausse concerne aussi les ressortissants de République démocratique du Congo (+15 % à 2 941) et les Algériens (+24 % à 2 456). Un certain nombre n'ont pas encore déposé leur dossier devant l'Office. La première étape de la procédure se fait en effet dans les préfectures, qui examinent si les personnes relèvent d'un autre pays européen pour leur demande (au titre du règlement " Dublin "). "Il a assuré que l'Ofpra " poursuit ses efforts pour atteindre en 2018 l'objectif des deux mois " fixé par Emmanuel Macron, " dans le strict respect des droits de chaque demandeur ".

Recommande: