La Corée du Nord aux Jeux d'hiver en Corée du Sud ?

09 Janvier, 2018, 14:49 | Auteur: Armand Coulomb
  • La mallette nucléaire des Etats-Unis

Lors de ces discussions intercoréennes, les premières officielles depuis 2015, la Corée du Nord a précisé que sa délégation serait composée d'athlètes, d'officiels de haut rang et d'une équipe de supporters. Chang Ung, cité par l'Agence de presse japonaise Kyodo, avait déclaré samedi que son pays participerait "vraisemblablement" aux prochains Jeux d'hiver, organisés à Pyoengchang du 9 au 25 février.

Cependant, toujours selon Chun Hae-sung, les responsables nord-coréens ont dit lors des discussions être d'accord pour favoriser la réconciliation entre les deux pays par le dialogue et la négociation.

Toujours selon l'agence japonaise, M. Chang était en route pour la Suisse, où siège le CIO. C'est dans ce village frontalier que le cessez-le-feu à la fin de la guerre de Corée avait été signé en 1953.

La Corée du Sud a proposé d'y dépêcher le ministre de l'Unification, Cho Myung-Gyon, comme responsable de délégation, accompagné de quatre autres officiels, dont un vice-ministre en charge des Sports, a annoncé samedi le ministère sud-coréen de l'Unification.

Donald Trump a salué les récents signes de détente dans la péninsule coréenne, marqués par la participation "vraisemblable" d'athlètes nord-coréens aux JO d'hiver en Corée du Sud, et a dit espérer que les discussions prévues entre les deux pays iraient "au-delà" du simple cadre sportif.

L'affaire Dupont de Ligonnès va-t-elle connaître un rebondissement ?
Il se serait réfugié dans un monastère où les moines ont fait voeu de silence et où il ne risquait pas d'être dénoncé ou aperçu. Le monastère, se situe en effet, près du lieu où le père de famille a été vu vivant pour la dernière fois, le 15 avril 2011.

Séoul et les organisateurs des Jeux souhaitent que la Corée du Nord y participe afin de faire baisser la tension créée par les programmes nucléaires et balistiques poursuivis par la Corée du Nord en violation des résolutions onusiennes.

Le président américain en a profité pour s'attribuer les mérites de ce dégel entre le Nord et le Sud. Un ton qui tranche singulièrement avec la rhétorique en usage ces derniers temps, avec les insultes personnelles et les menaces de guerre échangées par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un et le président Donald Trump.

Encore lundi dernier, dans ce même message de Nouvel An, Kim Jong-Un a appelé la Corée du Nord à produire en masse têtes nucléaires et missiles balistiques.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait adopté fin décembre un nouveau train de sanctions à l'encontre de Pyongyang par un vote unanime sur une résolution américaine, en interdisant la livraison de près de 75% des produits raffinés pétroliers à la Corée du Nord et en ordonnant le rapatriement de tous les ressortissants nord-coréens travaillant à l'étranger d'ici la fin de 2019.

La Chine, soutien traditionnel de Pyongyang avec la Russie, a indiqué qu'elle avait commencé à mettre en oeuvre ces nouvelles restrictions samedi.

Recommande: