Santé : le travail de nuit cancérigène ?

09 Janvier, 2018, 19:07 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Des femmes ramassent du bois dans une mine à charbon à 300 km de Kuala Lumpur en Malaisie le 5 mai 2017

Le travail de nuit est lié à un risque accru de cancers du sein, gastro-intestinal et de la peau chez les femmes, c'est ce que confirme une méta-analyse publiée lundi, dans Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention, la revue de l'American Association for Cancer Research (AACR). Les femmes d'Amérique du Nord et celles d'Europe seraient davantage exposées à certaines formes de la maladie.

Le bulletin reprend les conclusions d'une soixantaine d'études réalisées auprès d'environ 4 millions de personnes en Amérique du Nord, en Europe, en Australie et en Asie. Près de 115 000 cas de cancer ont été recensés.

Saint-Etienne : dix policiers blessés lors d'une course-poursuite
Dans la nuit de lundi à mardi, lors d'un contrôle routier, un automobiliste a foncé sur des policiers, cours Gustave-Nadaud. Les fonctionnaires les plus touchés ont eu sept jours d'ITT (incapacité totale de travail), selon France Bleu Loire .

Les résultats de ces nouveaux travaux montrent que les femmes qui travaillent de nuit, comme les infirmières, ont 19% de risques supplémentaires d'être touchées par le cancer que les autres. Les scientifiques ont analysé l'association entre le travail de nuit à long terme et le risque de 11 types de cancer.

Au cours de ce travail, un intérêt tout particulier a été porté sur les infirmières, souvent soumises au travail nocturne. Les autres augmentations les plus notables sont celles du risque de cancer du sein (32%) et le cancer gastro-intestinal (18%). Selon eux, cela pourrait indiquer que ces femmes avaient des niveaux d'hormones sexuelles plus élevés, ce qui accroît le risque de cancer mammaire. Mais cette fréquence accrue pourrait aussi s'expliquer par les connaissances médicales des infirmières et le fait qu'elles se soumettent plus fréquemment à des examens médicaux, relèvent les auteurs.

Recommande: