Gobee.bike quitte la ville de Reims deux mois après son lancement

10 Janvier, 2018, 17:36 | Auteur: Basile Toussaint
  • Nord: Le service Gobee bike jette l'éponge à Lille

Les vélos vert pomme qu'on louait 50 centimes la demi-heure n'auront fait qu'un petit tour dans ces agglomérations. Il était devenu difficile de trouver, grâce à l'application mobile, des vélos disponibles et/ou en bon état. Face à la dégradation systématique de son matériel, l'entreprise a décidé de jeter l'éponge dans ces trois villes. À Reims, par exemple, 380 bicyclettes sur les 400 mises à disposition en ville n'étaient plus utilisables au bout de deux mois d'utilisation. Les utilisateurs seront remboursés de la caution de 15 euros qu'ils ont dû verser. La raison invoquée par la société: le vandalisme.

Les abonnés ont pu recevoir ce mardi 9 un message les informant de la triste nouvelle: "Lille, c'est avec tristesse que nous te disons au revoir... les dégâts causés à notre flotte ont atteint des limites que nous ne pouvons plus surmonter", ont notamment pu lire les usagers de la capitale des Flandres. Dans ce courrier, les dirigeants expliquent ne plus pouvoir supporter "ni le coût financier, ni le coût moral des réparations".

Donald Trump a-t-il oublié les paroles de l'hymne américain? (vidéo)
La visite de Donald Trump en Géorgie, un Etat du sud conservateur des Etats-Unis, ne s'est pas vraiment déroulée comme prévu. Une situation inquiétante pour le président américain, qui est soupçonné de ne pas connaître l'hymne national américain.

Un problème local? Visiblement pas. Pourtant, les mêmes raisons ont été évoquées pour Bruxelles, Reims et Lille.

Cet abandon est un sacré revers pour Bruxelles, qui sous la houlette du ministre Pascal Smet, veut se profiler comme une ville cycliste. A l'image d'autres sociétés comme Ofo ou oBike, Gobee.bike propose des vélos en libre-service qui reposent sur le "free-floating", c'est-à-dire sans système de borne de verrouillage. "Nous trouvons ça dommage mais certains acteurs continuent à montrer de l'intérêt pour venir s'implanter à Bruxelles", réagit Mathias Dobbels, porte-parole du ministre Smet. Il sera en outre demandé aux entreprises de vélos partagés de réparer les vélos endommagés dans les 24 heures.

Recommande: