La dépendance aux jeux vidéos est considérée comme une maladie

10 Janvier, 2018, 02:54 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Un monstre rampe sur un plancher

L'inclusion d'une telle dépendance dans la Classification internationale des maladies aide les pays lorsqu'ils planifient leurs stratégies de santé publique et surveillent les tendances des maladies.

L'Organisation mondiale de la santé considère désormais que les jeux vidéo favorisent les troubles du comportement. Comme l'a souligné Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS, "le trouble du jeu vidéo est un concept relativement nouveau et les données épidémiologiques dans la population n'ont pas encore été rassemblées ". Elle sera ajoutée à la 11e liste de la Classification internationale des jeux vidéos qui sera publiée en juin prochain.

Selon l'OMS, le trouble du jeu vidéo " est caractérisé par l'utilisation persistante ou récurrente de jeux vidéo, à la fois en ligne (sur Internet) ou hors ligne ". Elle y figurerait dans la catégorie des troubles liés aux comportements addictifs avec plusieurs caractéristiques de la dépendance.

Ivre, le fils de Benjamin Netanyahu dérape
Ce sont, selon lui, "des choses stupides" qui "ne reflètent pas qui je suis [ni] les valeurs dans lesquelles j'ai été élevé".

Le débat entre les défenseurs et les détracteurs dure depuis de nombreuses années, cette nouvelle inscription risque de générer encore de nombreuses réactions mais permettrait d'envisager un traitement le suivi et la prise en charge du patient au même titre que l'alcoolisme ou la toxicomanie... Ce classement permettrait aux accros du gaming à outrance de bénéficier d'un encadrement médical. Ce comportement peut entraîner une dégradation de la vie familiale, des relations sociales et de l'activité scolaire ou professionnelle. "C'est le but de tous les jeux mais dans les situations addictives, cela devient problématique", explique dans Sciences et Avenir le docteur Bruno Rocher, psychiatre addictologue au CHU de Nantes.

La maladie va engendrer "un comportement addictif" chez les patients, ajoute l'Organisation mondiale de la santé.

Recommande: