Le Nigeria se range du côté du gouvernement camerounais — Crise anglophone

10 Janvier, 2018, 05:23 | Auteur: Armand Coulomb
  • Crise dite anglophone: L’ultimatum de l’association du barreau africain

Cette opération des forces de défense et de sécurité camerounaises, menée en collaboration avec les services nigérians, a été confirmée par une source sécuritaire à Yaoundé contactée dimanche matin.

"Cet enlèvement criminel s'est produit lors d'une réunion présidée par le président Sisiku Julius Ayuk Tabe", précise le document, expliquant par ailleurs que ladite réunion était organisée pour discuter de la crise des réfugiés anglophones, fuyant les exactions de l'armée et qui se trouvent depuis des mois au Nigeria voisin.

Selon Chris Anu, secrétaire en charge des communications de l'Ambazonie, le président Ayuk Sisiku, neuf membres du gouvernement et plusieurs autres séparatistes refugiés au Nigéria qui devaient se rencontrer dans un hôtel ont été arrêtés par des hommes armés venus du Cameroun. Evénements qu'il situe aux environs de 19h30à Nera hôtel d'Abuja le 5 janvier 2018.

Le bébé enlevé à Toulouse a été retrouvé vivant
Il est susceptible de se déplacer à bord d'un véhicule Peugeot 307 de couleur blanche, immatriculé dans l'Ariège 5608 GP 09 . Ou à venir le chercher où qu'il se trouve en toute sécurité sur simple appel au 15", a-t-elle ajouté.

"Le gouvernement nigérian est favorable au retour rapide à la paix au Cameroun et la préservation de son intégrité territoriale", avait assuré le diplomate au sortir de l'audience avec le chef de l'Etat. "Le ministre de la Communication qui porte la parole du gouvernement, ne relaie pas de la rumeur".

Les activistes de la partie anglophone du Cameroun ont annoncé un mouvement ville-morte de 72 heures.

Il faut rappeler que le quotidien Le Jour du 8 novembre 2017 indiquait que les autorités camerounaises avaient émis une quinzaine de mandats d'arrêt internationaux à l'encontre des leaders du Southern Cameroon National Council (SCNC). Deux scénarios que refuse catégoriquement le président Paul Biya qui à l'occasion de ses vœux de fin d'année a promis ne concéder le moindre mètre-carré aux séparatistes anglophones de son pays, les invitant à " s'inscrire strictement dans le cadre de la légalité républicaine ", a-t-il indiqué.

Recommande: