Nabilla mise en garde par le gendarme des marchés — Bitcoin

10 Janvier, 2018, 14:09 | Auteur: Basile Toussaint
  • Nabilla critiquée par l'Autorité des marchés financiers pour avoir fait de la pub pour le bitcoin

", a pu penser le gendarme de la Bourse en découvrant la longue vidéo publicitaire en faveur du bitcoin, postée par la starlette de la téléréalité Nabilla sur son compte Snapchat".

Repérée par l'Autorité des marchés financiers (AMF), dont l'une des missions est de protéger les épargnants, l'improbable réclame effectuée par la jeune femme a ensuite fait l'objet d'un sérieux "remontage de bretelles" de la part du "gendarme de la bourse" qui n'a pas mâché ses mots dans un tweet, mardi 9 janvier. "Les chéris, je ne sais pas si vous avez entendu parler du Bitcoin. Mais honnêtement si vous voulez essayer, faites-le avec eux.", déclarait-elle par exemple au sujet d'une société de trading spécialisée dans la monnaie virtuelle. "Pas de placement miracle, restez à l'écart". Ses messages, diffusés sur Snapchat, on été compilés dans une vidéo YouTube. "C'est cette sorte de nouvelle monnaie virtuelle", commence-t-elle, avant de préciser que "c'est assez bien" et qu'elle connaît des gens qui travaillent dans cette industrie. "Moi j'ai dû mettre 1000 euros, et j'ai déjà gagné 800 euros", ajoute Nabilla, non sans avoir précisé à ses fans qu'ils peuvent également "mettre beaucoup moins". Nabilla incite ses fans à placer de l'argent sans mentionner les risques que cela peut générer. "Or cette publicité qui n'affiche pas la couleur fait abstraction des risques de cet investissement spéculatif, la jeune femme affirmant même qu'il n'y a " rien à perdre " et que le bitcoin, " c'est de l'argent que vous pouvez toujours récupérer ".

Le gouvernement envisage de raccourcir la période de promotions — Soldes
"Cela laisse ainsi le temps aux professionnels de se préparer" souligne-t-elle. Mais l'événement attire de moins en moins de clients chaque année.

Ce que Nabilla ne mentionne pas, par contre, c'est que le site dont elle fait la promotion demande un abonnement de 549 euros pour six mois, comme le note le site de Capital.

Recommande: