Spartoo rachète les chaussures André

10 Janvier, 2018, 18:11 | Auteur: Basile Toussaint
  • Vers une reprise des chaussures André par le site Spartoo

La société André, créée en 1896 et filiale à 100% du groupe Vivarte, écrit une nouvelle page de son histoire, en entrant en discussion exclusive avec le groupe Spartoo, société spécialisée dans le secteur de la vente en ligne de chaussures, pour le rachat de ses actifs.

Propriété du groupe Vivarte, l'enseigne André était en vente depuis le mois de janvier 2017.

Valérie Benaïm annonce son retour dans l'émission — TPMP
Face à l'incompréhension des téléspectateurs Cyril Hanouna avait donné des nouvelles de celle qui le suit depuis presque 6 ans. Cyril Hanouna donnait régulièrement de ses nouvelles, mais Valérie Bénaïm nous a beaucoup inquiété .

Spartoo "reprend l'effectif total de la société André", a confirmé à l'AFP Christophe Martin (CGT), secrétaire du CCE. L'annonce en a été faite hier aux syndicats lors d'un comité central d'entreprise. Spartoo garderait aussi presque tout le parc de boutiques. "A court terme, on aimerait bien savoir s'il ne va pas fermer quelques magasins, sur 2018 ou 2019", s'est-il inquiété. Le projet industriel donnerait les moyens à André de se recentrer sur sa clientèle familiale avec l'ajout de marques internationales et d'une offre enfant plus importante dans la lignée des décisions prises par le management en place.

André est une des marques dont le groupe Vivarte, en restructuration pour raisons financières, a décidé de se séparer. Fondé en 2006 à Grenoble par Boris Saragaglia, Paul Lorne et Jérémie Touchard, qui s'était inspiré de l'américain Zappos, Spartoo réalise un chiffre d'affaires d'environ 150 millions d'euros, dont la moitié hors de France. De son côté Spartoo, 350 salariés - qui a engagé depuis 2015 une stratégie d'ouverture de boutiques après son succès en ligne - a ouvert une douzaine de magasins et ambitionne d'en ouvrir une centaine dans le pays. " La reprise d'André illustre la grande tendance des commerçants en ligne à se frotter au métier du commerce physique, estime Rodolphe Bonnasse. Ils ont compris que ces magasins, outre des relais de croissance, leur permettaient de proposer aux clients davantage de services, notamment le conseil".

Recommande: