Le pétrole termine au plus haut depuis décembre 2014

12 Janvier, 2018, 18:37 | Auteur: Armand Coulomb
  • Production de pértrole

Le prix du pétrole coté à New York, à son plus haut niveau en trois ans, continuait à grimper jeudi à l'ouverture, soutenu par l'importante baisse des stocks de brut aux Etats-Unis et l'éventualité de nouvelles sanctions contre l'Iran.

Le contrat de février sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 1,23 dollar, soit 1,99%, à 62,96 dollars le baril. Les réserves commerciales de brut ont baissé de 4,9 millions de barils pour s'établir à 419,5 millions, quand les analystes interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur un recul de 3,75 millions de barils.

Le prix du baril continue sa marche en avant et grimpe au-dessus de 63.40$, au plus haut depuis Décembre 2014.

Les réserves de produits distillés, qui incluent le fioul domestique, ont augmenté de 4,3 millions de barils à 143,09 millions.

Carrefour acquiert 17% du capital de Showroomprivé
Il permet en outre à Carrefour d'entrer sur le marché des ventes privées en ligne et de renforcer son offre", a indiqué Alexandre Bompard, PDG de Carrefour .

Selon le spécialiste, cet écart dans les prévisions a toutefois justifié un recul du cours du WTI en cours de séance, les cours réagissant également à la forte progression des stocks d'essence (+4,1 millions de barils) et de produits distillés (+4,3 millions). L'EIA a affirmé que les Etats-Unis extrairont plus de 10 millions de barils par jour en moyenne dès le premier trimestre 2018 et plus de 11 millions d'ici à la fin de l'année 2019, soit davantage que la production de l'Arabie Saoudite et de la Russie à la fin 2016.

Le président de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a indiqué jeudi qu'il prévoyait une nette hausse de la demande mondiale d'or noir en 2018. La production de brut de l'Opep devrait atteindre 33,2 mb/j, un chiffre supérieur aux niveaux de production de cette année (32,8 mb/j), mais moins qu'anticipé jusqu'alors.

"Le marché est de plus en plus convaincu que Donald Trump va renouveler l'accord dans la mesure où ses conseillers le lui recommandent, mais juste au cas où, les investisseurs se préparent à une éventuelle baisse de l'offre de pétrole sur le marché mondial", a souligné M. Kilduff. La lutte acharnée pour les parts de marché aura alors raison des protagonistes de la politique de gel de la production.

Recommande: