Les Européens font bloc face aux Etats-Unis — Nucléaire iranien

12 Janvier, 2018, 03:12 | Auteur: Armand Coulomb
  • Donald Trump pendant son discours sur le programme nucléaire iranien à Washington D.C. le 13 octobre 2017

L'Union européenne vient une fois de plus de faire preuve de sa veulerie et de sa cecité complice face à l'Iran. "Cet accord, qui empêche les Iraniens de fabriquer des armes nucléaires en échange d'un partenariat économique plus important avec le reste du monde, reste utile et valide", a affirmé le chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, mardi devant le Parlement de Westminster.

L'Iran répondra à toute tentative des États-Unis pour éliminer l'accord de 2015 sur le nucléaire par une réaction rapide qui pourrait surprendre les Américains, a mis en garde mercredi un responsable du ministère des Affaires étrangères.

Le président américain doit certifier à son peuple, d'ici vendredi, que l'Iran respecte bien ses engagements.

Le 13 octobre, M. Trump a annoncé avoir décidé de retirer à l'Iran la certification de respect de l'accord sur le nucléaire, ce qui n'a pas retiré les États-Unis de l'accord mais a déclenché une procédure donnant au Congrès américain 60 jours pour décider s'il réactive les sanctions liées au nucléaire sur l'Iran.

Nintendo annonce Dark Souls Remastered sur Switch
Mais l'éditeur a également confirmé l'autre partie de la rumeur, puisque le jeu sera aussi sur PC, PlayStation 4 et Xbox One . Niveau contenu Bandai Namco a été généreux, car le jeu contiendra le DLC "Arotias of the Abyss".

Téhéran a d'ores et déjà promis des représailles, se disant "préparé à tous les scénarios". Jeudi, M. Zarif a prévenu que "tout acte qui sape l'accord nucléaire est inacceptable". Les Européens font bloc avec un soutien unanime à l'accord et à la levée des sanctions.

Une façon de montrer à l'administration Trump que ses critiques véhémentes sur ces sujets sont entendues de l'autre côté de l'Atlantique. "C'est la raison pour laquelle il est légitime et juste que nous nous concentrions en parallèle sur ce que l'Iran peut faire pour résoudre cette crise éprouvante au Yémen, pour aider à faire avancer la paix en Syrie et pour aider à résoudre d'autres questions dans la région", a-t-il expliqué. Son homologue allemand abonde en son sens car, pour Sigmar Gabriel, torpiller cet accord, le seul de ce type, serait un très mauvais signal diplomatique à l'heure des tensions sur le nucléaire Nord-Coréen.

Mme Mogherini, qui a présidé les négociations au nom de l'UE, a promis de tout faire pour préserver cet accord jugé essentiel pour endiguer la prolifération nucléaire, y compris en rencontrant à Washington des membres du Congrès hostiles au texte.

"Il y a évidemment des domaines de désaccord avec l'Iran, à commencer par son activité régionale déstabilisante et son programme de missiles balistiques".

Recommande: