Vidéo - Trump menace de supprimer l'aide de 300 millions dollars aux Palestiniens

12 Janvier, 2018, 20:58 | Auteur: Armand Coulomb
  • Vidéo - Trump menace de supprimer l'aide de 300 millions dollars aux Palestiniens

"Puisque les Palestiniens ne sont plus disposés à parler de paix, pourquoi devrions-nous leur verser des paiements massifs à l'avenir?" "Ils ne veulent même pas négocier un traité de paix attendu depuis longtemps avec Israël", a tempêté Donald Trump mardi sur son compte Twitter.

Le chef d'Etat américain Donald Trump a menacé mardi de mettre fin à l'assistance financière des Etats-Unis aux Palestiniens.

Les Etats-Unis versent aux Palestiniens "des centaines de millions de dollars par an et ne reçoivent aucune marque de respect". A eux seuls, les Etats-Unis ont versé directement 319 millions de dollars (264 millions d'euros) en 2016, sans compter les aides indirectes via les programmes de l'ONU.

Courtisé par Pérez, Neymar fait espérer le Real — PSG
Véritable vedette dans le monde entier, Neymar est une valeur sûre sur le plan économique, notamment pour la vente des maillots. Une indemnité de transfert de 400 millions d'euros est également évoquée.

L'année commence donc par des menaces. "Al Qods est la capitale éternelle de l'État de Palestine et n'est pas à vendre pour de l'or ou des milliards", a affirmé Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence, en référence au refus palestinien de reprendre des négociations après la reconnaissance par Washington de la Ville sainte comme capitale d'Israël. Du côté de l'OLP, on indique qu'on ne " cédera pas au chantage " du président américain. Hanan Ashrawi, membre du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine, a rétorqué en dénonçant un "chantage" avant de déclarer: "les droits des Palestiniens ne sont pas à vendre". "Une déclaration de guerre" pour le Président palestinien Mahmoud Abbas.

"Se faisant la porte-voix du président américain, elle avait déploré devoir " payer pour le privilège douteux d'être méprisés ", menaçant à nouveau de " mieux dépenser " l'argent des Américains à l'avenir. L'émissaire du président américain pour le Proche-Orient, Jason Greenblatt, multiplie depuis des mois les rencontres dans la région pour tenter de relancer le processus de paix. Jared Kushner, gendre et conseiller de D. Trump, est également chargé de travailler sur un plan de paix. Plus d'éclairages avec Daniel Haïk, correspondant i24NEWS à Jérusalem. Depuis la création de l'Etat hébreu, en 1948, la communauté internationale considère que son " statut " doit être négocié entre Israéliens et Palestiniens. "Le mont des Oliviers, la Vieille ville et la cité de David resterons nôtres à jamais", a-t-il ajouté, faisant référence à des lieux situés dans la partie palestinienne de Jérusalem, dont le quartier de Silwan.

Recommande: