"Personne n'est intouchable, pas même Theo Francken" (ENTRETIEN) — Charles Michel

14 Janvier, 2018, 14:30 | Auteur: Armand Coulomb

L'appel au rassemblement avait été lancé par la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, l'artiste bruxellois Code Rouge, le MRAX, les Jeunes anticapitalistes, les JOC, la Coordination des sans-papiers, etc. Aujourd'hui une vingtaine d'autres associations se sont jointes à cet appel.

Theo Francken, critiqué à plusiers reprises déjà pour ses déclarations clivantes, est dans la ligne de mire de l'opposition en Belgique pour avoir invité en septembre, sur le sol belge, trois hauts fonctionnaires du régime de Khartoum pour identifier les Soudanais voués à être expulsés car non éligibles à l'asile dans le pays. Mais au Soudan, en décembre, une ONG libérale a recensé parmi les personnes expulsées plusieurs victimes de mauvais traitements, voire de torture, de la part des autorités soudanaises.

Cette polémique a jeté dans la tourmente la coalition de droite au pouvoir depuis 2014.

Un adolescent tué lors d'une bagarre à Bastille — Paris
Selon ce témoin, cité par l'AFP la bagarre aurait "duré 2-3 minutes". "Cinquante jeunes ont déferlé dans toute la rue ". Selon les premiers éléments de l'enquête, la rixe a opposé des bandes du XIe et du XXe arrondissement de Paris.

"Le 30 décembre dernier, nous étions plus de 300 à nous rassembler devant la gare centrale à Bruxelles pour signifier à Theo Francken un ordre de quitter le gouvernement".

Mais les quatre partis de la coalition ont toutefois décidé en début de semaine de faire bloc derrière Theo Francken.

Le Premier ministre Charles Michel dénonce le "laxisme de la gauche" en matière migratoire. Le président de la N-VA, Bart De Wever, a cependant menacé de faire tomber le gouvernement si Theo Francken, secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, était poussé à la démission.

Recommande: