Apple profite de la réforme fiscale Trump

18 Janvier, 2018, 04:39 | Auteur: Basile Toussaint
  • La conférence d'Apple lors de l'ouverture de la WWDC 2017

Apple a annoncé mercredi soir qu'il allait payer environ 38 milliards de dollars (à peu près 31 milliards d'euros) d'impôts sur ses fonds rapatriés aux États-Unis, après l'adoption d'une réforme fiscale par le Congrès américain en décembre dernier. La firme à la pomme a cependant annoncé 30 milliards de dollars de dépenses d'investissement sur les cinq prochaines années, une déclaration concomitante qui laisse penser qu'une partie proviendra d'un rapatriement. D'abord, en embauchant 20 000 personnes sur les cinq prochaines années. En début de soirée, elle évoluait quasiment à l'équilibre. Elle a également baissé les taxes sur les bénéfices réalisés par des entreprises américaines à l'étranger.

'J'avais promis que ma politique permettrait à de grandes entreprises comme Apple de ramener d'énormes sommes aux Etats-Unis.

Le reste de l'argent va être investi de plusieurs manières.

Auparavant, les bénéfices échappaient totalement à l'impôt tant qu'ils restaient 'parqués' à l'étranger et se retrouvaient imposés à 35% s'ils étaient 'rapatriés' aux Etats-Unis. Cette fenêtre, limitée dans le temps, s'applique en réalité même si les bénéfices ne sont pas rapatriés.

Rugby - XV de France : Parra de retour, première pour Jalibert et Lambey
Ces arrivées évincent deux tauliers du XV de France: l'ouvreur François Trinh-Duc et l'inamovible Louis Picamoles . Le demi d'ouverture de l'UBB Matthieu Jalibert , 19 ans, a été retenu pour la première fois.

L'annonce d'Apple, première capitalisation boursière mondiale à plus de 910 milliards de dollars, ne devrait pas avoir d'impact significatif sur sa santé financière.

D'autres entreprises ont fait ces derniers jours des annonces similaires, comme la banque Citigroup, qui a annoncé 22 milliards de dollars de charges exceptionnelles mardi.

Le chiffre est conforme aux prévisions du groupe. "Nous ressentons une forte responsabilité à donner en retour à notre pays et nos compatriotes qui ont permis notre succès", a dit Tim Cook, PDG d'Apple, dans un communiqué.

En novembre, Apple faisait partie des entreprises et personnalités nommées dans les 'Paradise Papers', une série de documents ayant fuité dans la presse détaillant certaines pratiques 'd'optimisation fiscale'. Le fabricant affirme que ses investissements vont faire du bien à l'économie des États-Unis.

Recommande: