Érignac : enquête ouverte à la suite d'injures envers la veuve du préfet

12 Février, 2018, 13:56 | Auteur: Armand Coulomb
  • Érignac : enquête ouverte à la suite d'injures envers la veuve du préfet

Personnage discret mais néanmoins incontournable sur l'île de beauté, l'ancien dirigeant nationaliste Charles Pieri - condamné en 2005 à 10 ans de prison pour abus de biens sociaux, extorsion de fonds, financement de terrorisme et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste - a ressurgi dans l'actualité insulaire ces derniers jours.

Son ombre plane sur les négociations en cours entre nationalistes corses et l'État. L'ex-chef du Front de libération nationale corse (FLNC), sorti de prison en 2015, ne se cache plus, et assure même avoir l'oreille des deux leaders nationalistes Jean-Guy Talamoni et Gilles Simeoni, engagés dans un bras de fer avec Emmanuel Macron.

Ce message, qui compare Dominique Érignac aux femmes françaises ayant collaboré avec les Allemands pendant de la Seconde Guerre mondiale, a été publié mercredi vers 2 heures du matin, quelques heures après le discours prononcé mardi à Ajaccio par la veuve du préfet Claude Érignac lors de la cérémonie d'hommage à son mari.

Le parquet d'Ajaccio a ouvert une enquête après la publication sur Facebook d'un message injurieux envers Dominique Erignac, veuve du préfet assassiné en 1998, a indiqué le procureur de la République d'Ajaccio à l'AFP, dimanche 11 février.

L'Eglise reconnait officiellement le 70e miracle de Lourdes
Revenue dans sa chambre, elle se sent appelée à quitter ses appareils: corset, attelle de jambe, arrêt du neurostimulateur. Ce dimanche, Mgr Jacques Benoit-Gonnin, Évêque de Beauvais, Noyon et Senlis, a officiellement reconnu le miracle.

Concernant l'auteur, "je crois savoir en effet qu'il s'agirait de M. Pieri, mais nous attendons la confirmation de cette affirmation par le réseau social Facebook", a indiqué le procureur Eric Bouillard qui a précisé qu'une enquête contre X a été ouverte dès jeudi.

Le texte publié sur le compte Di L'Altu Pianu puis retiré depuis par le réseau social à la suite du signalement effectué par le procureur dit: " Il faut respecter la douleur et, en ce jour, celle de Mme Erignac.

Quel qu'en soit l'auteur, le contenu de ce texte, injurieux et profondément choquant, est inacceptable. "Il est contraire à ce que nous sommes aux plans philosophique, éthique, et politique", assure l'autonomiste dans un communiqué.

Enfin, ce texte est totalement incompatible avec notre démarche ainsi qu'avec la vision politique et stratégique que les Corses nous ont donné mandat de mettre en oeuvre, à travers leur vote massif de décembre dernier.

Recommande: