USA: nouvelle hausse des stocks hebdomadaires de pétrole

07 Mars, 2018, 22:33 | Auteur: Basile Toussaint

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat d'avril a également cédé 1,45 dollar à 61,15 dollars. Mais les prix ont légèrement progressé selon lui en raison de l'anticipation d'une baisse des stocks dans le terminal de Cushing, dans l'Oklahoma. Les deux marché ont fortement chuté suite à la résignation de Gary Gohn, le conseiller économique de Trump qui ne souhaite pas engager une guerre commerciale...

Généralement très surveillées par les marchés, les données hebdomadaires du l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur les stocks américains de brut sont cette fois-ci passées au second plan.

"La crainte est que cette fuite en avant puisse faire dérailler la croissance de la demande mondiale en pétrole, au plus haut depuis des décennies", a observé Phil Flynn de Price Futures Group.

ADP: L'Etat souhaite céder la totalité de ses 50,6% selon BFM Business
A terme, l'Etat pourra se désengager totalement de la société gestionnaire des aéroports de Roissy, Le Bourget et Orly. D'une part, la vente totale de la participation de 50,6 % de l'Etat au capital d'ADP.

En conséquence, la production américaine a enregistré une forte croissance au cours de l'année qui vient de s'écouler et devrait croître de 2,7 millions de barils par jour (bpj) à 12,1 millions de bpj d'ici 2023. "D'ailleurs le marché s'est repris au moment de la publication du rapport avant de chuter ensuite sous l'effet des péripéties à la Maison Blanche", a résumé M. Smith. L'agence a dit lundi que la demande mondiale augmentera d'environ 7 % d'ici 2023, à quelque 104,7 millions de barils de pétrole par jour.

Le pétrole de schiste américain devrait voir sa production bondir au cours des cinq prochaines années et gagner des parts de marché au dépens de l'Opep et permettre aux Etats-Unis de devenir presque auto-suffisants, a déclaré récemment l'Agence internationale de l'Energie (AIE). Alliée à la Russie, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole est tenue par un accord de réduction de la production mondiale depuis début 2017 et jusqu'à la fin 2018 dans le but de faire reculer les stocks mondiaux et remonter les prix. Ce qui correspond à une hausse de la demande mondiale de 1,1% par an en moyenne.

Recommande: