Pépy ne sollicitera pas un 3è mandat

08 Mars, 2018, 00:52 | Auteur: Basile Toussaint
  • Le patron de la SNCF Guillaume Pepy le 27 février 2018 à Saint Denis près de Paris

Le patron de la SNCF avance aussi la possibilité qu'auront ces nouvelles recrues de changer d'entreprises ferroviaires plus facilement qu'aujourd'hui, puisqu'avec l'ouverture à la concurrence de nouvelles sociétés apparaitront dans ce secteur en France.

"Comme mes prédécesseurs, Louis Gallois et Jacques Fournier qui ont fait deux mandats, je ne solliciterai pas un troisième mandat", a-t-il déclaré sur Europe 1.

" Je pense que je ne solliciterai pas un troisième mandat parce que, après une dizaine d'années à la SNCF, je pense que c'est bien qu'il y ait un œil neuf".

La CGT-Cheminots, premier syndicat de la SNCF, estime cependant que l'actuel président du directoire ne pourra pas aller au terme de son mandat.

Le poids des syndicats à la SNCF
Pépy ne sollicitera pas un 3è mandat

Convoqué début janvier par la ministre des Transports Elisabeth Borne, après une série d'incidents dans des gares parisiennes fin 2017, Guillaume Pepy a depuis été conforté à son poste par le gouvernement. À ce propos, "je voudrais pousser un coup de gueule ", a-t-il dit.

Verra-t-il le fruit de ses efforts? "En ce moment, on est vraiment dans une période de SNCF bashing et de cheminot bashing, et j'en ai assez".

Jusqu'alors plutôt silencieux sur le projet de réforme du gouvernement sur le statut des cheminots car ne souhaitant pas entrer dans un débat qu'il juge "politique", Guillaume Pepy s'exprime finalement dans cette tribune. À ceux qui disent que les cheminots sont des "fainéants ", il répond: "Non il n'y a pas de prime de charbon, non il n'y a pas 28 jours de RTT".

En revanche, il admet que ce statut va devenir une anomalie alors que le ferroviaire français va s'ouvrir à la concurrence: "la SNCF ne peut pas être la seule entreprise à embaucher au statut " de cheminot.

Renault-Nissan dément tout changement capitalistique après des rumeurs de rapprochement
Nissan détient pour sa part une participation majoritaire de 34% dans Mitsubishi et de 15% dans Renault , mais sans droit de vote.

Recommande: