Sept touristes français mis hors d'état de nuire — Thaïlande

08 Mars, 2018, 20:39 | Auteur: Armand Coulomb
  • Capture d'écran

Les agresseurs, originaires de Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) étaient en vacances dans la station balnéaire de Phuket en Thaïlande où ils louaient une maison. Ils l'accusaient de leur avoir volé 5 000 euros.

A la fin d'une soirée dans une boîte de nuit, vers 5 heures, les sept personnes auraient forcé une jeune femme à venir avec eux à leur domicile.

Une fois la vidéo enregistrée, le groupe l'envoie à la famille de la jeune femme en France. Mais la vidéo montrant la maltraitance que la jeune femme a subie a été déjà partagée sur les réseaux sociaux français. La jeune femme sera finalement libérée par ses ravisseurs quelques heures après, avant que sa famille ne contacte finalement l'ambassade française en Thaïlande: "Après avoir reçu le rapport, la police de Chalong, de Kamana ainsi que la police touristique sont allées collecter des preuves sur les lieux de l'incident". Apeurée, la famille aurait ainsi décidé d'envoyer la somme demandée. La police judiciaire de Versailles, près de Paris, a été saisie et l'ambassade de France à Bangkok a transmis le dossier aux autorités cambodgiennes.

A 100 jours du Mondial, Vladimir Poutine jongle avec Gianni Infantino
Il ne reste plus que 100 jours avant le lancement de la Coupe du Monde russe 2018. Le Président russe et le Président de la FIFA se sont aussi pris au jeu.

Selon The Phuket New qui cite l'article 313 du Code pénal thaïlandais: "Quiconque, pour obtenir une rançon enlève une personne âgée de plus de quinze ans en utilisant la tromperie, la menace, des actes de violence, une influence ou un mode de coercition; ou retient ou détient toute personne, sera puni d'un emprisonnement de quinze à vingt ans et d'une amende de trente mille à quarante mille baht, ou d'emprisonnement à vie, ou la peine de mort".

Sept jeunes Français sont soupçonnés d'avoir séquestré une jeune femme en Thaïlande.

Âgés de 19 à 32 ans, les Français ont été mis en examen pour "séquestration" et "violences volontaires".

Recommande: