Le hand spinner classé comme jouet dangereux par l'Union Européenne

13 Mars, 2018, 14:33 | Auteur: Armand Coulomb
  • Les hand spinners sont ces petites toupies colorées qui ont connu un succès fulgurant auprès des enfants

Dans son rapport publié le 12 mars sur la protection des consommateurs européens, la Commission européenne les prend clairement pour cible. Et surprise, surprise, le hand spinner y est présent.

"Les jouets, comme par exemple plusieurs modèles des populaires "hand spinners" (toupies à main), les voitures et les motocycles étaient en tête du classement des produits dangereux détectés et retirés du marché", précise l'exécutif européen.

Les plus de 2000 alertes notifiées en 2017, tous domaines confondus, ont donné lieu à "près de 4000" actions de suivi, comme des retraits de produits ou des refus d'importation.

Marché : L'emploi salarié en France en hausse de 1,1% fin 2017
L'agriculture (+5.000, +1,7%) et les services non marchands (+6.900, +0,1%) ont aussi vu leurs effectifs augmenter sur l'année. Parmi les bonnes nouvelles, le rebond de l'industrie, qui a ainsi connu " sa première hausse depuis 2001", souligne l'Insee.

La catégorie de produits qui a reçu le plus de signalements en 2017 a été celle des jouets (29 % des cas), suivie de celle des véhicules à moteur (20 %), puis des vêtements, textiles et articles de mode (12 %).

Les jouets sont à nouveau arrivés en tête en 2017 des produits dangereux signalés dans l'Union européenne (UE). Les risques de blessures ont justifié le plus de d'alertes (28%), suivi du risque chimique (22%). En cause, les parties cassées de ces toupies ainsi que les piles-bouton qui leur permettent de s'allumer. En cas d'ingestion, elles peuvent "causer des brûlures de l'oesophage et des intestins", souligne le rapport. En effet, le hand spinner a envahi les cours de récréation l'année dernière! Grâce au système d'alerte rapide, des modèles de "hand spinners" dangereux ont "été retrouvés, arrêtés à des frontières ou des ports ou détruits", s'est toutefois félicitée la Commission. Les produits dangereux d'origine européenne ont fait l'objet de 413 notifications (26 %).

Le nombre d'alertes enregistrées "ne représente que la partie émergée de l'iceberg, en raison de contrôles insuffisants", a réagi lundi le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), dans un communiqué. "Plus les autorités cherchent des produits défectueux, plus elles en trouvent, et malheureusement il existe de grandes différences d'un pays à l'autre", a estimé la directrice générale de cette fédération, Monique Goyens.

Recommande: