" Pendant des décennies, nos reportages étaient racistes " — National Geographic

13 Mars, 2018, 23:25 | Auteur: Armand Coulomb
  • Racisme: l'examen de conscience de National Geographic

Dans son numéro d'avril 2018, le magazine américain National Geographic a consacré un dossier sur la question raciale, avec en une la photo de jumelles britanniques, une blanche et une noire. Après 130 ans d'existence, le célèbre magazine National Geographic procède à un profond "examen de conscience" et reconnaît le racisme qui s'est glissé dans ses reportages au fil des décennies. "Pour nous en détacher, il nous faut le reconnaître", écrit-elle.

Le National Geographic en profite pour relever également que dans deux ans, pour la première fois dans l'histoire des États-Unis, moins d'un enfant sur deux sera Blanc et qu'il est donc sans doute temps de parler des conflits basés sur l'idée erronée de " races ". Pour arriver à ce constat, la direction a ouvert ses archives à John Edwin Mason, professeur à l'université de Virginie, spécialiste de l'histoire de la photographie et de l'Afrique: "Ce que M. Mason a découvert, c'est que jusque dans les années 70, National Geographic ignorait complètement les personnes de couleur qui vivaient aux Etats-Unis, ne leur reconnaissant que rarement un statut, écrit Susan Goldberg".

Vieux de plus d'un siècle, le prestigieux magazine américain National Geographic a fait rêver des millions de lecteurs avec ses reportages à l'autre bout du monde.

La rédactrice en chef poursuit: "Jusque dans les années 1970, National Geographic a quasiment ignoré les personnes de couleur vivant aux États-Unis" alors qu'au "même moment, le mensuel décrivait les "indigènes" d'ailleurs comme de joyeux chasseurs exotiques, souvent nus, des nobles sauvages -tous les clichés".

Autre exemple: un reportage écrit en 1916 en Australie.

WhatsApp : vous aurez désormais une heure pour effacer vos messages
Une fois cette action effectuée, vous verrez un message apparaître avec écrit " vous avez supprimé ce message ". Pour supprimer un message à une personne non connectée, les démarches sont les mêmes que ci-dessus.

En entrevue à propos de l'édition d'avril, consacrée aux questions ethniques, la rédactrice en chef Susan Goldberg a affirmé à l'Associated Press que l'organisation se devait de se pencher sur sa propre histoire afin de progresser. Sous plusieurs photos d'Aborigènes, dont celle en tête d'article, on pouvait y lire cette légende: "Deux Noirs sud-Australiens: ces sauvages se classent parmi les moins intelligents de tous les êtres humains".

Dans un reportage réalisé en Afrique du Sud en 1962, le journaliste ne fait "aucune mention des tensions ni même du massacre" de 69 Sud-Africains Noirs par la police deux ans plus tôt, pointe l'universitaire.

" National Geographic est né au moment où la colonisation était à son apogée, et où le monde était divisé entre colons et colonisés".

" Je souhaite que les prochains rédacteurs en chef de National Geographic puissent être fiers de l'histoire de ce magazine, pas seulement pour les reportages que nous aurons décidé de publier mais aussi pour la diversité de journalistes, rédacteurs et photographes qui les portent", conclu Susan Goldberg.

À l'heure où des mouvements émancipateurs comme #Metoo se font entendre bruyamment, National Geographic n'est pas la seule publication à jeter un regard critique sur son passé. A la place, les personnes noires représentées sont des domestiques, des ouvriers ou sont en train de danser.

Recommande: