Sans accord, la facture serait bien plus élevée — Brexit

13 Mars, 2018, 21:59 | Auteur: Mathilde Kaplan
  • Brexit: sans accord la facture pourrait atteindre 65 milliards

Si aucun accord de libre-échange n'est décidé entre toutes les parties, les coûts annuels supplémentaires auxquels feront face les entreprises britanniques et européennes suite au Brexit seront de 65 milliards d'euros.

Les sociétés situées dans l'UE devront payer près de 35 milliards d'euros en barrières tarifaires et non tarifaires si la Grande-Bretagne quitte le bloc sans accord, selon l'étude menée par le cabinet de consultants Oliver Wyman et le cabinet d'avocats Clifford Chance.

Quant aux entreprises britanniques qui souhaiteraient exporter vers l'UE, la facture s'élèverait à 30 milliards d'euros par an.

Une étude publiée ce lundi 12 mars 2018 prévient qu'un Brexit sans accord coûterait très cher, notamment aux entreprises de l'UE.

Le jeune footballeur du Tours FC est décédé d'une mort naturelle
Il sera inhumé dans les prochains jours à Lannemezan, petite commune des Hautes-Pyrénées dont il était originaire. Ce lundi, une autopsie a été pratiquée à Tours afin d'en savoir plus sur la cause du décès de Thomas Rodriguez .

Au sein de l'UE, le secteur le plus impacté serait l'automobile, puis l'agriculture et l'agroalimentaire, souligne le rapport. Comme dans l'Union, l'automobile, l'agriculture et l'agroalimentaire seraient en première ligne, ainsi que les biens de consommation et les activités chimiques et plastiques. Or, le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a indiqué dans une interview à la BBCla semaine passée que "les services financiers ne peuvent être inclus dans un accord de libre-change pour de nombreuses raisons, liées à la stabilité et aux questions de supervision".

Représentant plus de 10% du PIB de la Grande-Bretagne, les services financiers sont le seul domaine où les Britanniques affichent un excédent commercial avec l'UE.

Mme May "doit nous donner plus de clarté sur comment le Royaume-Uni voit sa future relation avec l'UE", a-t-il insisté, alors que la dirigeante conservatrice a déjà précisé ses souhaits dans un discours, début mars, confirmant sa détermination à quitter le marché unique et l'union douanière. On n'en prend pas le chemin; Bruxelles a tout de même présenté un projet d'accord de libre-échange à Londres, mais qui est bien plus modeste que celui espéré par le gouvernement anglais. Sans accord, les deux blocs devront commercer dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), une fois le Brexit acté.

Recommande: