Epargné par Trump, le Canada vise la Chine

14 Mars, 2018, 17:29 | Auteur: Armand Coulomb
  • Deux intervenants en entrevue à l'extérieur du centre des technologies du CNRC

Le premier ministre fédéral Justin Trudeau et celui du Québec, Philippe Couillard, rencontreront des travailleurs de l'industrie de l'aluminium, lundi, à Saguenay.

Le Canada est le premier fournisseur d'acier et d'aluminium des États-Unis.

"J'ai hâte de rencontrer les travailleurs et d'entendre directement leurs commentaires sur les façons dont nous pouvons travailler ensemble afin de répondre à ces enjeux et d'aider nos industries de l'acier et de l'aluminium à croître et à prospérer".

M. Trudeau doit visiter des aciéries à travers le pays cette semaine.

Dordogne: une fillette oubliée dans un bus scolaire
Elle est restée plus de quatre heures seule dans le car, attachée avec sa ceinture , alors que tous les enfants étaient descendus. Il y a trouvé la petite fille "endormie" sur un fauteuil, selon lui, "accrochée à ses doudous".

Il se rendra ensuite à l'entreprise Evraz, qui emploie 900 personnes, pour voir les installations et rencontrer des travailleurs.

Cette déclaration intervient quatre jours après l'annonce du président américain, Donald Trump d'exemption du Canada "pour le moment" de nouveaux tarifs sur les importations américaines d'aluminium et d'acier.

Le dirigeant canadien avait menacé les États-Unis de représailles la semaine dernière en cas de taxation de l'acier et de l'aluminium canadiens.

Ardent défenseur du libre-marché, M. Trudeau a lancé en 2016 à Montréal avec le premier ministre chinois Li Keqiang des discussions exploratoires en vue d'un accord de libre-échange entre le Canada et la Chine afin de doubler le commerce bilatéral d'ici 2025. D'autant plus que la Chine est le deuxième partenaire commercial du Canada, derrière les Etats-Unis.

Recommande: