Les frères d'une victime se jettent sur l'accusé

15 Mars, 2018, 02:37 | Auteur: Armand Coulomb
  • Jacques Rançon hier s'entretient avec son avocat

Deux frères d'une victime de Jacques Rançon, le " tueur de la gare de Perpignan ", ont tenté mercredi de s'en prendre à l'accusé, jugé devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales, a constaté un journaliste de l'AFP.

7e jour du procès aux assises de Jacques Rançon, avec une scène surréaliste, ce mercredi, quand les frères de Marie-Hélène Gonzalez, l'une des victimes, ont tenté de frapper l'accusé en pleine séance. Le président est ensuite intervenu en lançant: "la dignité des débats est importante".

Ce mardi, Jacques Rançon, 58 ans, est auditionné sur le fond du dossier concernant Moktaria Chaïb.

Marie-Hélène Gonzalez avait été retrouvée décapitéeMercredi matin, la cour s'était penchée sur le meurtre et le viol en juin 1998 de Marie-Hélène Gonzalez, 22 ans, retrouvée décapitée, amputée des mains, les parties génitales découpées. Elle a laissé ses deux sacs devant. À l'intérieur du box, trois autres policiers ont protégé Jacques Rançon. Après l'avoir agressée dans sa voiture, Jacques Rançon l'étrangle avec un fil de fer. Cinq mois après, sa tête et ses mains seront retrouvés dans un fossé entre Banyuls-des-Aspres et Saint-Jean-Lasseille.

Philippines : Rodrigo Duterte annonce le retrait de son pays de la CPI
Un chiffre qu " il faut multiplier par trois selon les défenseurs ds droits de l'homme. Rodrigo Duterte n'est pas à son premier coup d'éclat.

" On sentait que cela bouillonnait".

"Ils se sont précipités sur le box pour tenter de l'attraper à travers les vitres, a reconnu Me Etienne Nicoleau, avocat des parties civiles, au micro de BFMTV. On a deux frères qui souffrent manifestement depuis de nombreuses années, on peut comprendre qu'ils puissent avoir ce genre de réaction", a commenté Me Xavier Capelet, avocat de l'accusé. Mais, a-t-il cependant ajouté, " on ne peut pas la cautionner, la vengeance n'est pas une solution. L'accusé assure ne pas avoir pris de plaisir à procéder ainsi et explique que c'était pour que le corps pourrisse plus vite et qu'on ne reconnaisse pas Marie-Hélène Gonzalès, toujours dans un souci d'effacer ses traces.

Le verdict du procès est attendu le 26 mars prochain, aux assises de Perpignan.

Recommande: