Zuckerberg au Sénat US: premier bilan

11 Avril, 2018, 23:54 | Auteur: Basile Toussaint
  • Mark Zuckerberg a reconnu que 87 millions de comptes Facebook seraient concernés par un siphonnage de données

Une audition durant laquelle un sénateur a cherché à lui faire reconnaître l'attachement des utilisateurs à leurs données privées en lui posant une salve de questions très... privées. "Il est clair désormais que nous n'avons pas assez travaillé pour empêcher ces outils d'être utilisés à des fins néfastes, a concédé le patron de Facebook".

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg a commencé à présenter ses excuses personnelles et officielles, mardi, devant le Sénat américain pour les erreurs commises sur la protection des données et la manipulation politique. "Juste là. Pas noyé quelque part dans les paramètres, mais juste là", a-t-il dit.

Au sujet de cette campagne, Facebook est aussi accusé d'avoir laissé diffuser des contenus fallacieux façonnés en Russie dans le but de servir les intérêts de Donald Trump. "Nous n'avons pas suffisamment pris conscience de l'ampleur de notre responsabilité, et c'était une grave erreur ".

Marc Zuckerberg aura fort à faire pour attendrir les parlementaires, qui sont nombreux à se dire décidés à légiférer pour mieux encadrer Facebook et les groupes internet en général.

Qui a bombardé l'aéroport militaire en Syrie ?
Contacté par l'AFP, l'armée israélienne a fait savoir qu'elle n'avait aucun commentaire à faire pour l'instant. Cependant l'agence Sana a fait état, par la suite, de morts et de blessés.

Le procureur spécial Robert Mueller enquête depuis mai 2017 sur une possible collusion entre l'équipe de campagne de M. Trump et des responsables russes pour influencer le scrutin. Mais "ma principale inquiétude, c'est que Facebook ne sache pas" remédier de lui-même aux problèmes, a-t-il dit. Chaque usager ayant les compétences et les preuves requises pour signaler une application qui recueille et transfère les données des personnes à une autre partie pour être vendue, volée ou utilisée pour des escroqueries ou de l'influence politique se verra en effet gratifié par Facebook selon l'impact de chaque rapport.

Interrogé à nouveau sur le règlement européen sur la protection des données personnelles, il a annoncé mercredi qu'il l'appliquerait à tous les utilisateurs dans le monde. après avoir évoqué un usage plus restreint le jour précédent. Il s'exprimait devant les parlementaires américains.

Une plainte en nom collectif a par ailleurs été déposée mardi devant un tribunal du Delaware (nord-est) par des utilisateurs américains et britanniques affirmant que le réseau social a "échoué à protéger" les informations personnelles de plus de 80 millions de personnes aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. "Certains ont laissé planer la menace d'un démantèlement de l'entreprise, en demandant à Facebook, qui possède aussi Instagram et Whatsapp, s'il n'était pas un monopole: " Ce n'est pas mon impression", a répondu Mark Zuckerberg".

Recommande: