L'erreur à 86 milliards d'euros d'un employé — Samsung

13 Avril, 2018, 12:25 | Auteur: Basile Toussaint
  • L'erreur à 86 milliards d'euros d'un employé — Samsung

Samsung Electronics Co.se focalise à présent sur l'accroissement de ses brevets détenus aux Etats-Unis dans un contexte de conflits de plus en plus intenses sur les droits de propriété intellectuelle, a fait savoir ce vendredi une source de l'industrie. Au lieu de cela, Samsung Securities a reversé l'équivalent de la prime sous forme d'actions, soit 1000 actions du groupe.

Samsung a versé par erreur des milliards d'actions à ses employés, pour un total estimé à 86 milliards d'euros, rapporte RFI.

Le régulateur financier sud-coréen traite un dossier hors du commun ces jours-ci faisant suite à une bourde commise par un opérateur de la grosse société de Bourse Samsung Securities, filiale du conglomérat Samsung. Soit un total de 2,8 milliards d'actions représentant 30 fois le nombre total de titres émis par l'entreprise. Problème, l'entreprise ne les possède même pas.

Ces accords commerciaux signés en marge de la visite du prince saoudien
La requête a été confiée auprès de magistrats du pôle spécialisé sur les crimes de guerre du tribunal de grande instance de Paris. En 2015, Amnesty International alertait déjà l'opinion en chiffrant le désastre humain de cette guerre.

Du côté des employés, face à cette manne inattendue, certains n'ont pas perdu de temps pour revendre rapidement ces actions virtuelles. Samsung Securities aura mis un peu moins d'une heure à se rendre compte de son erreur.

L'erreur de "fat finger", comme elle est appelée dans les milieux financiers, a coûté un plongeon de 10% à l'action de Samsung Securities depuis qu'elle a été connue. Pire encore, la manipulation suscite désormais l'intérêt de l'autorité de contrôle des marchés, qui suspecte des pratiques frauduleuses plus nombreuses et généralisées au sein de Samsung, ce qui a entrainé l'ouverture d'une enquête. Cet incident a placé Samsung dans une position délicate à l'égard de certaines institutions comme le service national des retraites de Corée du Sud qui a annoncé ne plus vouloir travailler avec Samsung Securities pour le courtage d'actions.

Recommande: