Ouverture du 29e sommet de la Ligue arabe

15 Avril, 2018, 20:40 | Auteur: Armand Coulomb
  • La Ligue arabe CLAQUE la porte

Le président de la République, Béji Caid Essebsi est arrivé cet après-midi en Arabie saoudite où il participera au 29e sommet arabe, prévu demain dimanche dans la ville saoudienne de Dhahran.

Par ailleurs, il a relevé que les pays arabes se doivent d'intensifier leurs efforts diplomatiques avec les organisations régionales et internationales afin de faire face aux défis croissants dans le monde arabe, soulignant l'importance de l'élaboration d'un plan d'action global pour renforcer la coopération et la coordination avec ces organisations.

Bien que ce soit le deuxième du genre que l'Arabie saoudite a accueilli après l'adoption du principe de la tenue annuelle du Sommet en 2001; la première fois remontant à 2007, et Riyad avait accueilli en 1976, un autre Sommet exceptionnel, en pleine crise libanaise, qui avait témoigné du lancement de la force arabe de dissuasion, le Sommet de Dammam est, en fait, le premier organisé depuis le déclenchement de la crise du Golfe.

Trump juge les frappes réussies, Moscou s'insurge — Syrie
La défense antiaérienne syrienne activée Les alarmes résonnent dans le ciel de Damas . Le régime a nié toute responsabilité, dénonçant les "fabrications" des rebelles.

Le chef de l'Etat prononcera une allocution, où il exprimera la position de la Tunisie envers les affaires arabes, ses initiatives pour régler la crise libyenne, sa vision pour le développement de l'action arabe commune, et son appel à la consolidation des valeurs de solidarité entre les pays arabes pour sortir la région de ses crises, et son immunisation contre les dangers de violence et de terrorisme.

Il se concentrera sur le conflit israélo-palestinien, la crise syrienne en particulier après l'attaque chimique présumée à Douma et les frappes aériennes occidentales, la guerre au Yémen, ainsi que la lutte contre le terrorisme.

A l'ouverture des travaux du 29ème Sommet de la Ligue arabe, le roi Abdallah II a souligné le droit éternel des Palestiniens, des Arabes, des Musulmans et des Chrétiens à Al-Qods, insistant que la ville sainte demeure la pierre angulaire de toute solution globale garantissant l'établissement de l'Etat palestinien indépendant sur les frontières de 1967 avec Al-Qods Est comme capitale, en droite ligne de la solution à deux Etats et de l'initiative de paix arabe.

Recommande: