Attaque chimique présumée en Syrie : l'OIAC entame son enquête dimanche à Douma

16 Апреля, 2018, 06:02 | Auteur: Armand Coulomb
  • Syrie: l'opposition annonce de nouvelles preuves

La mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), basée à La Haye, est arrivée à Damas samedi, en pleine poussée de tension entre les Occidentaux et le régime syrien allié à la Russie. La ville de Douma, où se serait produit l'attaque aux gaz toxiques du 7 avril, est située dans la Ghouta orientale, une région aux portes de la capitale syrienne, désormais "nettoyée" de tous ses rebelles, a annoncé l'armée syrienne samedi."Nous laisserons l'équipe faire son travail de manière professionnelle, objective, impartiale et loin de toute pression Les résultats de l'enquête infirmeront les allégations mensongères" contre Damas, a assuré le vice-ministre syrien. Washington, Paris et Londres ont effectué des frappes ciblées samedi à l'aube contre des installations du régime en représailles à l'attaque chimique présumée à Douma.

Pour rappel, Damas continue de démentir tout recours à des armes chimiques et accuse les rebelles de "fabrications" au sujet de l'attaque à Douma.

Cette déclaration intervient au lendemain de l'annonce par le gouvernement syrien de la reprise de la Ghouta orientale près de Damas après l'évacuation des derniers terroristes de la ville de Douma, a rapporté l'agence de presse syrienne "SANA". L'organisation avait promis, dans un communiqué, de continuer le déploiement de l'équipe d'enquêteurs en Syrie "afin d'établir les faits relatifs aux allégations d'utilisation d'armes chimiques".

Читайте также: À Montpellier, Bordeaux revient dans la course à l'Europe

Il y a un an, après une attaque à l'arme chimique en Syrie, la réaction de Donald Trump n'avait pas tardé: une base aérienne du régime syrien avait été bombardée. Les Etats-Unis et la France affirment détenir des informations démontrant l'utilisation de chlore et de gaz sarin. Ces frappes ont suscité l'indignation de la Russie et de l'Iran, alliés de Damas.

"L'OIAC a visité ce bâtiment de 2013 jusqu'à récemment et y a procédé à des inspections", a souligné aux journalistes, le directeur de l'Institut pour le développement des produits pharmaceutiques et chimiques, Saeed Saeed, après la frappe qui a détruit le bâtiment. Les Russes ont condamné "un acte d'agression à l'encontre d'un Etat souverain", mais échoué à obtenir une condamnation du Conseil de sécurité de l'ONU. Après cet épisode aussi spectaculaire que bref, la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni entendent désormais relancer la diplomatie.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2018 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Recommande: