Notre opération militaire en Syrie était légitime — Macron

16 Апреля, 2018, 05:03 | Auteur: Armand Coulomb
  • Les frappes sur la Syrie rappellent l'ambiance d'avant la 1ere guerre mondiale

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit "maintenant reprendre, dans l'unité, l'initiative", avait estimé samedi le président français. Emmanuel Macron a qualifié cette opération militaire menée comme un "acte de représailles après des infractions avérées au droit international et a réaffirmé vouloir "construire la paix dans la durée". C'est la première fois qu'un texte regroupant les aspects chimique, humanitaire et politique du conflit vieux de plus de sept ans est proposé au Conseil.

Il y a dès lors fort à craindre que la dictature syrienne, loin de renoncer à poursuivre l'assaut contre d'autres poches rebelles, voit dans ces frappes un paradoxal blanc-seing à des offensives excluant la seule arme chimique. Il prévoit de créer "un mécanisme indépendant " d'enquête et d'attribution des responsabilités "basé sur des principes d'impartialité et de professionnalisme".

Ces négociations, au point mort, doivent porter sur la gouvernance, la question constitutionnelle, les élections, le contre-terrorisme et des mesures de confiance.

La Russie a échoué, lors d'un vote à l'ONU samedi 14 avril, à faire condamner les frappes de la France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis contre l'arsenal chimique en Syrie.

"L'équipe d'enquêteurs de l'OIAC va continuer son déploiement" en Syrie "afin d'établir les faits relatifs aux allégations d'utilisation d'armes chimiques à Douma", a déclaré l'organisation dans un communiqué.

Le régime et l'allié russe ont toujours nié toute responsabilité, dénonçant des "fabrications" rebelles.

Les raids menés avec les États-Unis et le Royaume-Uni ont visé trois sites liés au programme d'armement chimique syrien près de Damas et dans le centre du pays.

Читайте также: "J'aurais foutu ma vie en l'air pour 150 euros? Franchement..." — Jawad Bendaoud

La France, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, a appelé la Russie à "faire pression "sur Bachar al-Assad".

Le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a estimé qu'il fallait attendre les résultats de l'enquête sur l'attaque chimique présumée en Syrie.

"Mission accomplie! ", a lancé Donald Trump - comme son prédécesseur George W. Bush en 2003, qui avait alors annoncé, de manière prématurée, la fin de la guerre en Irak.

Selon l'armée russe, la défense antiaérienne syrienne a intercepté 71 missiles de croisière sur 103. Et ce au moment où son régime est en passe de remporter la guerre contre les rebelles et où une des priorités affichées par Paris est la lutte contre l'organisation jihadiste de l'Etat islamique, dont certains membres sont actifs en Syrie.

Des manifestants pro-Assad et contre les frappes américaines dans les rues des Damas.

A Damas, les frappes ont galvanisé les partisans du régime.

"Aujourd'hui, celui qui bloque ce processus, c'est Bachar al-Assad lui-même".

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2018 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Recommande: