France Il massacre son chiot à la hache: 18 mois requis

17 Avril, 2018, 20:38 | Auteur: Armand Coulomb
  • Il a tué son chien à coups de hache sous les yeux de sa femme et de son fils

En Savoie, un père de famille a comparu lundi devant le tribunal correctionnel d'Albertville après avoir tué son chiot de trois mois, la semaine dernière.

L'homme, arrêté vendredi et incarcéré dans la foulée, était jugé en comparution immédiate.

Au moment des réquisitions, la procureur de la République a demandé une expertise psychiatrique pour pouvoir requérir et, à défaut, une peine de 30 mois d'emprisonnement dont 12 mois de sursis avec mise à l'épreuve pendant trois ans et obligation de soins.

Coupe de France : qui diffusent Les Herbiers-Chambly et Caen-PSG ?
Deux mois plus tard, il était liquidé judiciairement par le TGI de Boulogne-sur-Mer. Les Herbiers-Chambly: David contre.

A la barre, le prévenu, qui comparaissait pour "sévices graves sur animal de compagnie", a confié avoir simplement voulu "euthanasier" la petite chienne blessée. "Je ne suis pas un délinquant". La mère de famille l'emmène alors immédiatement chez le vétérinaire, qui diagnostique une simple blessure sans grande gravité. "Je n'ai jamais été violent", a-t-il assuré. Le motif: la chienne avait une patte cassée, et il ne voulait pas d'un chien handicapé.

Horrifié par cette scène, c'est le propre enfant de cet homme qui a prévenu la police.

En plus de ce drame, l'audience a révélé la présence de violences domestiques. Très vite, la police découvrira que cet homme imposait un véritable climat de terreur à sa famille, frappant et humiliant très souvent sa femme et ses cinq enfants. "Des gifles éducatives", pour le prévenu mais des gestes qui ne trompent pas pour sa sœur, citée à la barre: "Il est capable de tous les tuer". Mais le profil inquiétant du suspect a poussé le tribunal à ordonner des expertises psychiatriques préalables en vue d'une prochaine audience, prévue pour le 24 mai. L'homme sera dans l'intervalle maintenu en détention préventive. Elle a recueilli plus de 7 000 signatures.

Recommande: