Overdoses, comas… La consommation de GHB chez les jeunes inquiète

17 Avril, 2018, 17:39 | Auteur: Thibaud Popelin
  • GHB ou GBL: mais c'est quoi cette drogue exactement ? Effets et dangers

Après plusieurs semaines d'hospitalisation, l'une des victimes âgée de 24 ans, tombée dans le coma après avoir ingéré du GBL sous une forme liquide, en est même décédée.

C'est pourquoi Michel Delpuech, préfet de police de Paris, a décidé de tirer la sonnette d'alarme en organisant réunion avec les professionnels de la nuit, les autorités de santé et les services de police.

Six établissements de nuit ont fait l'objet d'une fermeture administrative depuis le début de l'année après le coma de clients sous les effets du GBL.

Kendrick Lamar remporte un prix Pulitzer
Il a de nouveau élargi le spectre en 2004, ce qui a permis au saxophoniste Ornette Coleman de l'emporter en 2007. C'est la première fois que le lauréat du prestigieux honneur n'est pas issu de la musique classique ou jazz.

Face à la recrudescence des drames mais aussi de ces fermetures, les professionnels de la nuit réunis dans le Collectif Action Nuit avaient demandé " de l'aide " aux pouvoirs publics. Le préfet de police s'est également engagé à réfléchir aux moyens juridiques de "limiter la vente de ces produits où leur accès facile, notamment par internet" et d'envisager un "plan d'action partenariale avec les professionnels et les demandeurs de formation, de sensibilisation et de bonnes pratiques" afin de sensibiliser le grand public, et notamment les jeunes, aux risques de cette substance interdite à la vente aux particuliers, mais facilement trouvable dans de nombreuses boîtes de nuit. Trois autres procédures sont en cours, a détaillé Michel Delpuech. A cet égard, le préfet a relevé que les comas causés par le GBL ne se limitent pas aux lieux festifs mais débordent aussi dans la sphère privée. "On est sur un rythme de 50 à 100 comas par an" à l'échelle des hôpitaux de Paris. Cette drogue, le gamma-butyrolactone, est très proche du GHB. Le produit est utilisé en petite quantité, dilué dans du soda ou de l'eau, par les jeunes en soirée. Depuis quelques temps, c'est l'usage du GHB - que l'on connaît sous le nom de "drogue du violeur" - à titre récréatif, qui inquiète. Les effets de cette drogue de synthèse montent de manière plus progressive que le GHB et ses effets durent plus longtemps, entre 3 à 5 heures.

"Ça a un effet euphorisant, relaxant, désinhibant", raconte un consommateur de GBL depuis une dizaine d'années sur BFMTV. Cette drogue peut être consommée volontairement mais également diffusée dans diverses boissons.

Recommande: