Syrie : à l'ONU, Moscou échoue à faire condamner les frappes

17 Avril, 2018, 22:15 | Auteur: Armand Coulomb
  • Emmanuel Macron à Rouen le 5 avril 2018
Crédit: CHRISTOPHE ENA  POOL  AFP

Les négociations sur ce texte, rédigé par la France, doivent débuter lundi, selon des sources diplomatiques.

La Russie a demandé au Conseil de sécurité de voter une résolution condamnant les frappes aériennes américaines, françaises et britanniques en Syrie. Huit pays ont voté contre, et quatre se sont abstenus.

C'est la première fois qu'un texte regroupant les aspects chimique, humanitaire et politique du conflit vieux de plus de sept ans est proposé au Conseil de sécurité. En effet, l'intervention militaire occidentale contre la Syrie n'a pas été autorisée par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Le projet de résolution russe entendait condamner les frappes occidentales en Syrie.

Les frappes aériennes auraient été limitées à trois sites militaires à l'intérieur Syrie.

La Russie, la Bolivie et la Chine ont voté pour l'adoption de la résolution.

Real Madrid - Encore une fois, Zidane prend la défense de Benzema
Pour l'instant, Karim Benzema conserve la confiance de son entraineur, Zinédine Zidane . J'ai passé un jour en prison et je suis rentré triste à Madrid.

La France a quant à elle annoncé le dépôt prochain d'un nouveau projet de résolution à l'ONU pour sortir "de l'impasse syrienne": "Nous présenterons dans les meilleurs délais un projet de résolution avec nos partenaires britanniques et américains", a déclaré l'ambassadeur français, François Delattre. "Il prévoit de créer " un mécanisme indépendant " d'enquête et d'attribution des responsabilités " basé sur des principes d'impartialité et de professionnalisme ".

Dans le domaine de l'aide humanitaire, le texte commence par réclamer qu'un " cessez-le-feu durable " soit instauré et que tous les États membres usent de leur influence pour son application. Le chef de l'ONU a aussi appelé "tous les États membres à faire preuve de retenue dans ces circonstances dangereuses et à éviter tout acte qui pourrait aggraver la situation et les souffrances du peuple syrien", a-t-il ajouté en allusion à la Russie.

En matière politique, enfin, le projet " exige des autorités syriennes qu'elles s'engagent dans des négociations intersyriennes de bonne foi, de manière constructive et sans préconditions " en application des dernières discussions menées à Genève le 3 mars.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Le projet de texte, de cinq paragraphes, faisait part d'une "grande inquiétude" face à cette "agression" contre un Etat souverain, qui viole, selon Moscou, "le droit international et la Charte des Nations unies".

Ils veulent recréer " un concert des nations " pour avancer et essayer de mettre un terme au conflit syrien, résume un diplomate.

Recommande: