Des nanoparticules de métal à l'origine des effets secondaires — Levothyrox

03 Mai, 2018, 20:24 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Levothyrox:De retour à l’ancienne formule depuis 2 mois je revis raconte une lectrice

D'après le collectif, ces éléments pourraient être responsables des effets secondaires dénoncés par plus de 17.000 patients français.

De même, il précise que les analyses effectuées par l'ANSM ont permis de vérifier que la composition était conforme à celle mentionnée dans le dossier d'autorisation de mise sur le marché (AMM) et que la présence de métaux à l'état de traces détectés dans toutes les spécialités à base de lévothyroxine "ne représente pas en soi un défaut qualité ni un risque pour la santé dans la mesure où les concentrations sont inférieures aux seuils de sécurité établis par la communauté scientifique au plan international pour les médicaments".

Pour des raisons toujours inconnues, le changement de formule en 2017 du Levothyrox, traitement contre l'hypothyroïdie, a provoqué une vague d'effets secondaires (fatigue, maux de tête, insomnie, vertiges, douleurs articulaires et musculaires et chute de cheveux).

Présentes dans la nouvelle formule de ce médicament destinés aux malades de la thyroïde, ces nanoparticules n'étaient pas dans l'ancienne, a affirmé un médecin qui a mené des analyses au profit de l'AFMT, Jacques Guillet.

Une jeune joueuse décède après s'être blessée en match — Rugby
De son côté, le capitaine de l'équipe nationale, Sergio Parisse , s'est fendu d'un tweet ému: "Chère Rebecca". Transportée à l'hôpital de Cesena puis opérée, Rebecca Braglia a finalement succombé à ses blessures.

Selon les autorités sanitaires, un demi-million de malades en France, sur quelque trois millions, plus de 500.000 patients avaient abandonné ce médicament fin 2017.

Côté judiciaire, une information judiciaire contre X a été ouverte vendredi 2 mars 2018 pour tromperie aggravée, blessure involontaire et mise en danger d'autrui et confiée à un juge du pôle de santé publique du TGI de Marseille. À ce jour, 1.200 patients ont porté plainte contre le laboratoire Merck.

Tandis que se déroulait ce comité de suivi, l'Association française des malades de la thyroïde (AFMT) a tenu une conférence de presse pour annoncer qu'elle avait fait réaliser des tests dans un laboratoire indépendant et que des traces de métaux lourds avaient été trouvés dans le Levothyrox. De même "la dernière analyse réalisée en février 2018 a confirmé l'absence de butylhydroxytoluène (BHT) dans les comprimés de Levothyrox nouvelle formule et d'Euthyrox".

"Le laboratoire Merck a rejeté toute faute". "Nous démentons formellement la présence de 'nanoparticules' ou de n'importe quel 'débris d'acier' dans notre médicament", a-t-il insisté, déplorant un "type de contre-vérité et d'effet d'annonce qui ne font qu'inquiéter les patients". "Il n'y a aucune spécification sur ces métaux dans les textes réglementaires", a-t-il relevé. "Pour nous il ne s'agit pas d'affoler les gens. Et on n'a pas mis là en évidence de lien de cause à effet", a par ailleurs expliqué le médecin.

Recommande: