Baisse des généralistes et hausse des spécialistes salariés — Médecins

04 Mai, 2018, 19:04 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Selon la Drees la densité de généralistes aura tendance à diminuer jusqu'à au moins 2025

La profession médicale se porte de mieux en mieux en France.

Référence: Marie Anguis, Hélène Chaput, Claire Marbot, Christelle Millien et Noémie Vergier (DREES), 2018, " 10 000 médecins de plus depuis 2012", Études et Résultats, n°1061, Drees, mai.

La direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) du ministère des Solidarités et de la Santé a mis en ligne deux études relatives aux professionnels de santé.

Plus de huit Français sur dix ont un généraliste dans leur commune et moins de 0,1% de la population (52.000 personnes) doit faire plus de 20 minutes de trajet en voiture pour en trouver un.

Ainsi, en six ans, le nombre de généralistes libéraux a reculé de 2%, tandis que le nombre de spécialistes libéraux a augmenté de 2,4%, et celui des spécialistes salariés a bondit de 13,9%.

Slime : pourquoi les autorités sanitaires tirent la sonnette d'alarme ?
La DGCCRF rappelle, enfin, aux parents de " veiller au respect des précautions d'emploi qui accompagnent ces kits. Mais de nombreuses personnes la fabriquent à la maison en suivant diverses recettes sur Internet .

Et cette tendance devrait se poursuivre. Selon des projections de données de la Drees, le nombre de médecins devrait continuer de croître durant les deux prochaines décennies, mais la densité de généralistes aura tendance à diminuer jusqu'à au moins 2025. Les spécialités les plus représentées étant la psychiatrie, l'anesthésie réanimation et la radiologie.

Il s'agissait généralement de communes rurales, certaines régions étant particulièrement touchées (Centre-Val de Loire, Bourgogne Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes).

Mais des espaces urbains sont aussi concernés: un quart de la population concernée vit en ville, "dont 18% dans l'unité urbaine de Paris".

Avec 600.000 praticiens en activité, les infirmiers sont eux de plus en plus nombreux (+3% par an depuis 15 ans), en raison notamment de l'allongement de la durée de carrière et d'une augmentation des quotas, selon une autre étude de la Drees présentée également jeudi.

Recommande: